Skip to main content
1955 ILAB Export and Import Book | | 1955 ILAB Export and Import Book

1955 ILAB Export and Import Book

Published on 24 Sept. 2018
1955_export_cover.jpg

FOREWORD

 

Unesco has published the text of the “Agreement on the importation of educational, scientific and cultural materials (a guide to its operation)”. This elegant opus weighs 35 grams to the letter balance. This is scarcely heavier than the exquisite slim volume by the poet Jean Moreas “Gone with the wind”…

Under the same arrangements Unesco published, some months later, a volume of 190 octavo pages: “Trade barriers to knowledge”. Barrier of weight: this volume, which enumerates them, weighs, on the scale, 280 grams.

It is a long way from the cup to the lip, from the letter balance to the balance.

In the foreword of the second work published by Unesco we stress, with heavy emphasis, sadness and irony, the following passage : "One of the most formidable obstacles to the international circulation of informational materials is the complexity and variety of trade regulations in force in different countries, and the inaccessibility of information concerning them. Confronted with this maze of restrictions, many organizations and individuals are discouraged from embarking on international exchanges of such materials or even their sale in countries abroad. lt is hoped that the present publication, by placing the necessary information at their disposal, will help to remedy the situation."

One must pay tribute and grateful homage to the care with which Unesco, through this publication, attempts “to remedy the situation”. Hoping, perhaps, for a shade of reserve, we read a few lines later: “It should also be borne in mind that, although the information in general is as recent as the date of publication of this volume, some of them may well have been affected buy current international tariff and trade negotiations.”

In the present work we have no other aim but to reveal the frightening complexity of the commercial barriers so far as they are concerned with antique books and modern prints which are the objects of fond care of booksellers and, more especially, of the thirteen national associations under the auspices of the International league of antiquarian booksellers.

We should, as Unesco itself has done, make certain careful reservations concerning errors which may appear in the following pages.

If we try to be comprehensive, precise, up to date, we should never make a start.

Let us not, therefore, pursue the same ends which Unesco sought in its last volume. If Unesco hopes to be able, through its publication, to render service to its readers, for instance, shall we say, to booksellers anxious to buy a book abroad or to send one to another country, we, the booksellers who daily are engaged in this ardent research, encounter only obstacles, chicanery (in the moral and strategic sense of the word) ; our object in the present publication is merely to protest. This catalogue exposes the caprices and the shifts of the ministries and the customs officials, and offers itself merely in the light of a rough guide to the inextricable network of barbs which is hung up to tear to pieces the sacred writings and ·wisdom of the world.

Without doubt, booksellers are business men. It would be easy to interpret our protest as nothing more than a demand for less taxation and the simplification of formalities in so far as they concern the user. But this would be to misunderstand the protest which we now put out to bear fruit as it will.

Those who are worthy of the name of booksellers have freely chosen their profession merely because of the love of books, the love of belles-lettres and love of the arts. What is inspiring here for those responsible for the International league of antiquarian booksellers is not the defence of the commercial interests of the booksellers : it is purely the honest and willing desire to achieve freedom for the Book.

This publication will, therefore, be sent to the competent and responsible authorities in each of the countries who are signatories to the Agreement. We trust that they will become conscious, in the first place, of the deplorable character of their regulations, then of their harmful nature, and, finally, of their futility: for, as was strongly urged in the foreword of the Unesco publication, the revenues received by the Governments through those charges which hit books are relatively unimportant and whatever sacrifice is caused by freeing such exchanges will be very much compensated for by the new possibilities which will be opened up for mutual understanding.

Freedom of exchange is a current fashion in all countries. Certainly it poses difficult questions for national industries. Yet this is not the problem of the freedom of exchange in so far as it concerns antique books, cultural objects and physical symbols which the learned, the savants, the librarians, the universities, the book-lovers, have rendered through the book to the arts, to letters and to science. There is no problem here because it is not concerned with an industrial product; the essence and the real character of an antique book surely rests in its rarity. Is it, therefore, because this problem does not really exist, that the governments have found solutions which are only really applicable as erroneous solutions of an imaginary problem? What, in fact, is it all about? It is about the freedom of exchange of truth, beauty, poetry and knowledge between nations.

The International League of Antiquarian Booksellers in presenting here the facts of the relentless yet derisory labour, of the unbelievable and incomprehensive, and the shameful powers ·with regard to the Book, appeals to the good sense of responsible authorities and to public opinion. It is conscious that, in doing this, it is defending with Unesco this fundamental and essential idea of civilisation, culture and liberty.

Georges Blaizot

(the original language of this foreword is French)

AVANT-PROPOS

L'Unesco a publié le texte de l' « Accord pour l'importation d'objets de caractère éducatif, scientifique ou culturel (avantages et modalités d'application) ». Cet élégant opuscule posé sur un pèse-lettre accuse un poids de 35 gr. A peine plus lourd que l'exquise plaquette du poète Jean Moréas « Autant en emporte le vent » ...

Sur ces mêmes accords l'Unesco a publié, quelques mois plus tard, un volume de 190 pages in-8° intitulé : « Echanges culturels et barrières commerciales ». Barrières de poids : ce volume, qui les recense, mis sur la balance, pèse 280 gr.

Il y a loin de la coupe aux lèvres, du pèse-lettre à la balance !

Dans l'avant-propos du second ouvrage publié par l'Unesco « Echanges culturels et barrières commerciales », nous avons souligné d'une mine de plomb attristée et ironique le passage suivant : « La complexité et la diversité des règlements commerciaux en vigueur dans les différents pays, ainsi que les difficultés rencontrées pour se renseigner à leur sujet, constituent un des obstacles les plus irréductibles à la libre circulation internationale du matériel d'information. Devant ce réseau de restrictions, beaucoup d'organisations et de particuliers hésitent à procéder à des échanges avec d'autres pays ou à exporter du matériel de ce genre. Nous espérons que le présent ouvrage, en mettant à la disposition du public les renseignements nécessaires, contribuera à améliorer cette situation. »

Il convient de rendre hommage et un hommage reconnaissant au souci de l'Unesco qui, par cette publication, espère  « améliorer » la situation ». Espoir d'ailleurs nuancé de réserve puisque quelques lignes plus loin, nous lisons : « Il convient également de noter que si, d'une façon générale, les renseignements que nous publions sont encore valables, certains d'entre eux ont pu se trouver modifiés par des révisions intervenues récemment dans les règlements tarifaires de certains pays ».

Par la présente brochure, nous n'avons pas d'autre but que d'exposer l'effarante complexité des barrières commerciales en ce qui concerne le livre ancien et moderne épuisé, objet des soins passionnés des libraires et plus particulièrement des librairies des treize nations associées sous l'égide de la Ligue internationale de la. librairie ancienne.

Nous devons, comme l'Unesco elle-même, faire ici de prudentes réserves sur les inexactitudes qui pourraient être relevées dans les pages qui suivent. Si nous avions prétendus être complets, exacts et à jour, nous n'aurions jamais pu paraître.

Ainsi, ne poursuivons-nous pas ici le même but que celui recherché par l'Unesco avec son dernier volume. Si l'Unesco espère pouvoir, par sa publication, rendre service à ses lecteurs, c'est-à-dire par exemple aux libraires désireux de se procurer des livres à l'étranger ou d'en envoyer dans d'autres pays, nous avouons que nous, libraires qui, dans l'exercice de cette recherche passionnée et  quotidienne, ne rencontrons qu'obstacles, chicanes (au sens moral et stratégique du mot), nous ne prétendons, par la présente publication, que protester ; ce tableau, exposant les caprices, les exigences des ministères et des douanes ne prétend qu'à l'éloquence d'un croquis : celui de l'inextricable réseau de barbelés qui accroche et déchire au passage les feuillets sacrés des vieilles sagesses du monde.

Sans doute les libraires sont-ils des commerçants. Il est trop facile d'invoquer que notre protestation ne vise qu'une demande de détaxe et une simplification des formalités pour les usagers ; mais ce serait bien mal comprendre notre protestation que la placer ainsi au ras du sol.

Le libraire digne de ce nom, qui a librement choisi cette profession, ne l'a choisie que par amour des livres, par amour des lettres et des arts. Ce qui anime ici les responsables de la Ligue internationale de la librairie ancienne, ce n'est pas la défense des intérêts mercantiles des libraires, c'est le pur souci et l'honnête volonté de voir rendre au Livre la liberté.

La présente publication sera donc adressée aux Administrations compétentes et responsables de chaque pays signataire de l’Accord. Nous espérons les voir prendre conscience, d' abord du caractère monstrueux de leurs règlements, ensuite de leur nocivité et plus encore de leur inutilité ; comme il est écrit fort bien dans l’Avant-Propos de la publication de l'Unesco, les recettes retirées par les Gouvernements des droits qui frappent les livres sont relativement peu importantes et quel que soit le sacrifice que représente la libération des échanges, il serait largement compensé par les nouvelles possibilités qui, de ce fait, s'ouvriraient à la compréhension mutuelle.

La libération des échanges est à l'ordre du jour dans tous les pays. Elle pose, bien sûr, des problèmes complexes, voire redoutables pour les industries nationales. Or, il n'est pas de problème pour la libération des échanges concernant le livre ancien, objet de collection, de culture et symbole physique du culte que les érudits, les savants, les conservateurs des bibliothèques, les universités, les bibliophiles rendent par le Livre aux arts, aux lettres et aux sciences. Il n'est pas de problème, puisqu'il ne s'agit pas d'un produit industriel; le propre, l’essence même, la caractéristique du livre ancien, n'est-il pas d'être rare ? Est-ce donc parce que le problème n'existe pas que les gouvernements l'ont inventé pour lui trouver des solutions qui ne sont que des erreurs appliquées à un faux-problème. En vérité, de quoi s'agit-il? Il s'agit de libérer des échanges de vérité, de beauté, de poésie, de connaissance entre les nations !

La Ligue internationale de la librairie ancienne en présentant ici la preuve du labeur acharné et dérisoire, de l'imagination. cocasse et malfaisante, de l'incompréhension. incroyable et honteuse des Pouvoirs publics à l'égard du Livre, fait appel au bon sens des responsables et de l'opinion. Elle a conscience, ce faisant, de défendre avec l'Unesco, cette notion essentielle et fondamentale de toute civilisation : culture et liberté. 

Georges Blaizot 

Please download the PDF for the complete book.

  • share