Skip to main content
Procès-Verbal Paris 2014 | | Procès-Verbal Paris 2014

Procès-Verbal Paris 2014

Published on 21 Sept. 2018

 

PROCÈS-VERBAL

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

Dimanche 13 Avril 2014

Paris, France

 

Le Président Tom Congalton ouvre la séance à 10h par le discours suivant :

 

1. Accueil du Président

Je tiens à souhaiter la bienvenue aux présidents, aux membres du Comité, aux présidents  et membres d'honneur de la LILA et à nos distingués invités, à l’occasion de la Réunion des Présidents de la LILA, gracieusement hébergée par le SLAM à l'occasion propice de son 100e anniversaire. Nous sommes redevables à Anne Lamort, à son comité et aux membres du SLAM, à la fois pour notre réunion et pour le Congrès très attendu qui va suivre.

Bien que le temps écoulé depuis notre dernière réunion ait été relativement bref, il n'en est pas moins important que nous nous rencontrions en face-à-face afin de répondre aux nombreuses questions qui nous concernent tous, et pas seulement lors des réunions officielles, mais plus encore lorsque nous rencontrons de façon informelle pour discuter de ces questions plus en détail. Les présidents sont venus de partout dans le monde et chacun de vous porte avec lui un point de vue unique, à la fois géographiquement et philosophiquement, sur la façon dont notre commerce fascinant et ésotérique s'en est tiré dans un climat en évolution technologique et économique difficile. Aussi rapidement que ces facteurs ont changé, une chose reste constante, Amor Librorum Nos Unit : l'amour des livres nous unit.

Dans mon rapport précédemment envoyé par courriel, j'ai brièvement abordé ​​les nombreux sujets que nous espérons couvrir aujourd'hui plus en détail. Après la réunion, aura lieu un atelier présenté par Sally Burdon et Brian Lake, animé par Bob Fleck, sur le Code des Us et Coutumes de la LILA, ainsi que son utilisation et ses limites.

 Je suis impatient d'entendre vos points de vue sur les nombreux sujets que nous couvrirons aujourd'hui. Parce que nous avons un programme assez complet et je souhaiterais octroyer suffisamment de temps à l'atelier qui aura lieu après la réunion, j'espère que vous me pardonnerez à l'avance si je dirige la réunion à un rythme soutenu. Et à cette fin, je vais maintenant demander à Naveen de passer à la présence et aux excuses.

2. Présences, Excuses, Etablissement du Quorum et nomination des scrutateurs

Associations nationales

ABA (UK) - Brian Lake (2 voix)

ABAA (USA) - Thomas Goldwasser (2 voix)

ABAC (Canada) - Wesley Begg (1 voix)

ABAJ (Japon) - Masagi Yagi (1 voix)

AILA (Espagne) - Gonzalo Fernandes Pontes (1 voix)

ALAI (Italie) - Fabrizio Govi (1 voix)

ANZAAB (Australie & Nouvelle Zélande)- Jörn Harbeck (1 voix)

CLAM (Belgique) - Evelyne Morel de Westgaver (1 voix)

NVvA (Pays-Bas) -  Ton Kok (1 voix)

SLAM (France) - Anne Lamort (2 voix)

VAO (Autriche) - Dieter Tausch (1 voix)

VDA (Allemagne) - Eberhard Koestler (2 voix)

VEBUKU (Suisse) - Peter Bichsel (1 voix)

Comité

Président - Tom Congalton

Vice Président - Norbert Donhofer

Trésorier - Paul Feain

Secrétaire Général- Ulrich Hobbeling

Membres - Michel Bouvier, Gonzalo Fernandes Pontes, Brigita Laube, Umberto Pregliasco

Président sortant - Arnoud Gerits

Présidents d’honneur - Bob Fleck, Adrian Harrington, Michael Steinbach

Membres d’honneur- Keith Fletcher, Mitsuo Nitta, Poul Poulsen

Site Internet, rédactrice - Barbara van Benthem

Secrétaire - Naveen Marsh

Invités

Jim Hinck - Metasearch

Sally Burdon, Stuart Bennett - Candidats aux élections

 

Excusés

SVAF - Tomas Jansson

ABF - Maria Girsel

MAE - Adam Bosze

Kay Craddock, Présidente d’honneur

 

Procurations

ABF (Danemark) - Maria Girsel (1 voix), a donné procuration à Poul Poulsen

MAE (Hongrie) - Adam Bosze (1 voix), a donné procuration à Dieter Tausch

 

Total 19 voix.

Le quorum pour l’Assemblée Générale Ordinaire est de 10 voix.

 

Arnoud Gerits et Adrian Harrington sont nommés scrutateurs.

 

3. In Memoriam

La liste suivante est lue :

ABA

Björn Löwendahl

Katriina Marrin

David Mayou

Jean Rota

ABAA

James O’Neil

ABAJ

Takeshi Sato

ANZAAB

David Spode

NVvA

Ronald Jansen

Evert Mulder

Willem Burgers

SLAM

Yvonne Sartoni Cerveau

Jacques Herbinet

Elise Vibert Guigue

VDA

Dr. Heide Bücklein

Horst Joachim von Nolting

Une minute de silence, debout, est observée par tous.

 

4. Approbation des Minutes de l’Assemblée de Sienne, Septembre 2013

Ton Kok et Poul Poulsen secondent la proposition.

Vote : 18 en faveur (Evelyne Morel de Westgaver n’est pas encore arrivée)

Adopté.

 

5. Brefs rapports des associations nationales

Un tour de table est fait, chaque participant se présente, et les représentants des associations nationales font un bref rapport sur l’activité de leur association depuis la dernière réunion.

Eberhard Koestler (VDA) - annonce que la foire organisée en janvier à Stuttgart a été un succès vu que la situation économique est correcte et que les ventes ont été satisfaisantes. Le VDA compte organiser une école du livre rare, similaire à celles organisées aux USA ou au Royaume-Uni, il travaille actuellement sur les détails de préparation. Les cours auraient lieu sur une durée de quatre ou cinq jours et seraient ouverts à toute personne susceptible d’être intéressée.

Jörn Harbeck (ANZAAB) - lit le rapport suivant :

Depuis la réunion de Sienne la principale activité de l’ANZAAB a été la foire de Sydney en Novembre 2013. Comme notre foire de Melbourne est désormais un événement annuel, 2013 a été la première année où l’ANZAAB a organisé deux foires, l’une à Melbourne et l’autre à Sydney. Tandis que la foire de Melbourne en Juillet 2013 a de nouveau été un grand succès, le nombre de visiteurs à la foire de Sydney a été très bas, ce qui était dû en grande partie à son organisation dans un lieu autre que le lieu habituel avec un très court préavis de quelques mois. Bien que nos organisateurs Paul Feain et Peter Tinslay aient fait de leur mieux pour promouvoir les ventes, celles-ci ont également été très inférieures aux années précédentes. L’ANZAAB envisage maintenant de nouveaux concepts pour sa foire de Sydney afin de trouver un meilleur endroit et la rendre plus attrayante.

En Novembre, l’auteur primé David Malouf a accepté notre invitation à devenir le Patron d’honneur de la LILA. David a reçu la médaille de la LILA lors d'un dîner au Maroubra Beach Pavillon de Sydney.

Les principales activités à ce jour sont la planification de notre conférence de deux jours en mai, organisée conjointement avec la Bibliothèque Nationale d’Australie, ainsi que la prochaine foire de Melbourne en Juillet.

La conférence de Canberra est organisée par Sally Burdon et Michael Treloar, et réunira des libraires (y compris ceux qui ne sont pas membres de l’ANZAAB), des bibliothécaires et des collectionneurs privés. Elle sera la première du genre en Australie et comprendra des sessions sur la bibliographie, la photographie, les bibliothèques et le commerce du livre rare, la conservation, un mini salon du livre, ainsi que des tables rondes. Deux des discussions seront présentés via Skype y compris celle par le président sortant de la LILA Tom Congalton. Nicolas Barker, rédacteur en chef de Book Collector, qui sera en Australie pour le Festival des écrivains de Sydney, sera également un intervenant. L’ANZAAB a déjà reçu un grand nombre d'inscriptions pour la conférence et nous nous attendons à ce qu’environ 60-70 personnes y participent.

La prochaine Rare Book Week de Melbourne et le Salon du livre rare de Melbourne, à nouveau organisés par Kay Craddock et son équipe, promettent d' être plus importants et meilleurs que lors des deux années précédentes. Cet évènement compte maintenant plus de 25 institutions partenaires qui organisent à cet occasion des événements spéciaux qui sont libres d’accès. Le salon est également complet avec 38 exposants, dont 7 du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Les conditions de vente en Australie demeurent assez fortes avec des budgets de bibliothèques en bonne santé et des collectionneurs privés confiants et nous nous réjouissons d’ une autre bonne année en perspective.

Ton Kok - NVvA - Il a participé à 13 réunions depuis qu’il est président de son association. La foire organisée à Amsterdam était supposée s’arrêter en Octobre dernier, mais il a une bonne nouvelle à annoncer, puisqu’elle sera reconduite en Octobre prochain.

Peter Bichsel (VEBUKU/SLACES) - Lit le rapport suivant en français pour faire honneur au SLAM :

Depuis la réunion du septembre passé à Sienne, l’association Suisse VEBUKU/SLACES n’avait pas beaucoup d’activités. Pour l’instant on est en train de préparer l’assemblée de jubilé « 75 ans VEBUKU/ SLACES » qui aura lieu le 10 mai prochain à Berne. Aucun de nos 58 membres ne manifestait d’intérêt pour des grandes activités de jubilé, on n’a donc organisé qu’un dîner festif à la suite de l’assemblée annuelle. Lors de l’assemblée générale du 10 mai, l’association Suisse discutera la future organisation du salon du livre ancien à Zurich. Les derniers 20 ans le salon était organisé par un groupe indépendant. Pour concentrer les forces et les ressources humaines, qui en Suisse sont rares dans ce domaine, il serait avantageux si les futurs salons à Zurich seraient organisés par l’association nationale VEBUKU/SLACES. Aussi pour le moment de l’assemblée du 10 mai notre site web www.vebuku.ch / www.slaces.ch devrait être mis à jour après un petit renouvèlement.

En Suisse les affaires sont calmes. On peut toujours réaliser des bonnes affaires singulières, si on a le juste matériel, mais les temps où les livres se vendaient par eux mêmes sont définitivement passés. Pour beaucoup de nos confrères en Suisse l’exportation constitue une importante partie de leurs affaires. Ce n’est pas toujours facile, comme la Suisse ne fait pas partie de la communauté européenne.

Le président de l’association Suisse est élu pour deux ans. Les prochains élections auront lieu en mai 2015.

M. Yagi (ABAJ) - Lit le rapport suivant :

La décision de confier l’organisation des jeux olympiques de 2020 à la ville de Tokyo a énergisé tous les niveaux de la société japonaise, des plus jeunes aux plus vieux. Elle a donné de l’espoir à la jeunesse japonaise et stimulé leur désir de se marier et d’avoir des enfants, et les personnes âgées se souviennent des jeux de 1964 à Tokyo et sont excitées de pouvoir à nouveau vivre les sensations fortes de cet événement. A ce propos, la population senior du Japon est en très bonne santé avec un grand nombre d’actifs âgés de 80-90 ans. Les jeux vont booster la construction au Japon et à Tokyo et vont stimuler les affaires et l’emploi. Les innovations technologiques au Japon, comme la voiture à moteur linéaire, un kilométrage amélioré, la voiture à hydrogène, à émission propre, continuent d’être explorées et le seront encore et serviront de modèle global en exportant ces innovations en Asie. Quant aux finances gouvernementales, bien que les dépenses risquent d’augmenter, la taxe sur la consommation va être augmentée à 8% (elle est actuellement de 5%) à partir d’avril, et les bénéfices des entreprises et personnels en augmentation permettront d’augmenter les revenus fiscaux. Le Salon international du livre ancien aura lieu dans la grande salle d'un hôtel du centre de Tokyo du 5 au 7 Mars 2015 et va coïncider avec le 50e anniversaire de la fondation de l'ABAJ. En conclusion, la demande pour les livres rares et documents historiques japonais est constituée en grande partie par les bibliothèques universitaires et les chercheurs, les établissements publics de recherche (en sciences humaines), les musées de documents historiques, musées, galeries d'art et ainsi de suite, qui ont un budget substantiel pour ces achats. Cependant, nous devons augmenter le nombre de chercheurs et collectionneurs dans notre base de clientèle, car il est encore possible de développer la demande parmi des personnes qui sont promptes à prendre des décisions et de payer rapidement. L’ABAJ continuera à éduquer le public sur les livres rares, c’est son objectif principal, et de travailler sur la stimulation de la demande par une plus grande publicité.

Tom Goldwasser (ABAA) - Il a été élu président il y a à peine une semaine ; l'ABAA a produit 3 salons du livre durant l'année écoulée et a coordonné un événement avec le département Livres rares et manuscrits de l'American Libraries’ Association. D'autres projets pour l'année à venir comprennent: le lancement d'un site entièrement repensé et d'autres questions relatives aux relations publiques et à la sécurité.

Brian Lake (ABA) - L'assemblée à Sienne a eu lieu il y a peu de temps, de sorte que son rapport sera bref. Le commerce présente un tableau mitigé. L'ABA a réduit la taille du conseil d’administration, mais compte de plus en plus de membres. Il est fier d'avoir fait partie de l'équipe qui a réformé l'ABA. La mise en place de l'École des livres rares à York avec l'aide de collègues américains est en bonne voie. Un nouveau Secrétaire pour l’ABA, Tony Russ, a été embauché pour remplacer le magnifique John Critchley qui prend sa retraite.

Anne Lamort (SLAM) - Elle est présidente du SLAM depuis 18 mois. Il semble que le marché se porte mieux que l'an dernier. C'est un fait encourageant. Le SLAM développe des relations avec les sociétés de bibliophiles et encourage la création de nouvelles sociétés, telle que la société de bibliophile de l'Ecole Polytechnique. Le SLAM a été très occupé à organiser ce congrès et sera en mesure de consacrer plus de temps à d'autres activités dès que le Congrès sera terminé, parmi lesquelles, les conférences organisées à Paris destinées à attirer et éduquer des bibliophiles en formation.

M. Yagi se lève et présente à Anne Lamort un cadeau au nom de l’ABAJ pour célébrer le centenaire de SLAM, il fait un discours de présentation en français. Il est applaudi. Anne Lamort remercie M. Yagi, en disant qu'il s'agit d'un geste très raffiné, comme on peut en attendre des Japonais. Elle espère être en mesure de célébrer leur jubilé avec eux et de leur rendre leur amitié à cette occasion. Elle ouvre le paquet, découvre et montre à tous une belle horloge, et dit qu'elle va servir à mesurer le temps qui coule grâce auquel on arrivera à faire durer leurs associations respectives, à la hauteur de leur centenaire et au-delà. Elle lit l'inscription qui a été gravée à l'arrière de l'horloge : Avril 2014, à l'occasion du 100e anniversaire du SLAM, par l'ABAJ fondée en 1964. M. Yagi et Anne Lamort sont chaleureusement applaudis

Evelyne Morel de Westgaver (CLAM) - Le CLAM n'a pas encore tenu sa réunion annuelle. Le marché semble stable et ils sont heureux parce qu'ils ont reçu trois demandes d'adhésion dont une des Etats-Unis.

Dieter Tausch (VAO) - Il s'agit du 15ème congrès auquel il assiste depuis les 30 ans qu’il est membre du VAO.

Fabrizio Govi (ALAI) - Il est président de l'ALAI depuis près de quatre ans, son mandat arrive à expiration. Il ne pense pas qu'il va briguer un nouveau mandat. L’ALAI essaie de garder vivante la foire du livre de Milan, le marché ne va pas si bien, la raison principale étant la bureaucratie qui est très étouffante. Quant à l’affaire Girolamini, le second procès n'a pas encore commencé. Les deux membres de la LILA qui seront jugés sont assignés à résidence, la charge retenue contre eux de faire partie du réseau de De Caro a été abandonnée, ce qui est une bonne chose.

Le Président Tom Congalton indique que Fabrizio Govi mérite tous nos remerciements pour avoir accompli un travail remarquable dans ce domaine.

Wesley Begg (ABAC) - Il est président depuis Novembre dernier après avoir déjà passé huit ans au conseil d'administration, dont trois en tant que trésorier. Il est préoccupé par la mise en place d’une foire réussie au Canada, il n'y en avait pas auparavant, elle a été établie, les deux premiers événements ont réussi, puis le troisième a été désastreux ; le lieu a été déplacé l'an dernier pour rencontrer à nouveau un grand succès. Ce n'est pas une grande salle, mais ça s’est très bien passé, un certain nombre de jeunes sont venus à la foire, c'est le genre de chose qu'ils apprécient. Les transactions parmi les libraires sont meilleurs, et l’ABAC recrute des membres plus jeunes. Il est optimiste pour l'avenir.

Poul Poulsen (ABF) - Il représente Maria Girsel qui n'a pu être présente. Il fut président de l'association danoise pendant de nombreuses années, il a également servi la LILA pendant 21 ans en qualité de trésorier, a été élu membre d'honneur de la LILA et aujourd'hui, il est fier de pouvoir agir une fois de plus en tant que président de son association ! L’ABF travaille dur à la modification de son site et moteur de recherche afin de l'améliorer, et nous espérons qu'ils seront prêts cette année. En Novembre, ils organiseront une foire du livre à Copenhague. Les affaires sont stables, certains membres sont heureux et d'autres pas. Il est optimiste pour l'avenir.

Michel Bouvier mentionne son implication dans le projet de parrainage et remet à chacun une belle brochure destinée à attirer des sponsors. Il dit aux présidents qu'il a également rédigé une lettre accompagnatrice et qu’il peut l'envoyer sur demande.

Gonzalo Fernandez Pontes (ALAI) - Indique qu'il est à la fois responsable des questions de sécurité au sein du comité de la LILA et président de l'association espagnole. Il poursuit en lisant le rapport suivant:

L' association espagnole qui compte actuellement 46 membres est impliquée dans l'organisation d'un salon du livre international qui se tiendra du 15 au 17 mai à l'hôtel Wellington (Madrid).

Les exposants de différents pays et les libraires espagnols se réuniront pour offrir le meilleur de leurs stocks. Ce salon permettra de tester la façon dont se comporte le marché espagnol après quelques années de baisse de l'activité commerciale.

La situation économique du pays s'annonce bien meilleure que dans les deux dernières années, mais l'Espagne n'est pas étranger au petit nombre de nouveaux collectionneurs à venir dans le marché du livre.

Le marché de l'Internet des livres de gamme moyenne et basse ralentit selon les déclarations de nombreux collègues lors de notre dernière réunion nationale qui s'est tenue à Madrid en Décembre dernier. Une des raisons est l'offre écrasante de livres sur la toile qui, selon eux, est à l'origine une sorte de contre-réaction avec de nombreux clients qui constatent le manque d'attractivité de l'Internet et qui s'ennuient lorsqu’ils sont assis face à un ordinateur à la recherche de quelque chose de nouveau à acheter.

La plainte la plus courante des membres consiste à dire que l'achat et la vente sont de plus en plus difficiles en raison de la concurrence des maisons d'enchères en ligne ou en direct ainsi que les données sur les prix des livres accessibles à tous par Internet, ce qui rend presque impossible l’achat de livres avec une marge raisonnable de profit auprès de sources privées comme c'était l’usage autrefois.

Je saisis cette occasion pour indiquer le manque de confiance de la plupart des libraires espagnols concernant un accord LILA - Abebook.

La stratégie actuelle d’Abebook notamment le manque de transparence, la concurrence déloyale entre les vendeurs privés et les libraires officiels qui paient des impôts, leur manque de volonté jusqu’ici affiché pour valoriser les libraires affiliés du reste de vendeurs etc. rend les libraires espagnols très méfiants. Le commentaire général lors de la réunion était : " nous avons besoin de voir des changements substantiels avant de croire à un éventuel accord ".

Des changements fondamentaux de la politique d’Abebook seraient accueillis favorablement par les libraires espagnols.

Il ajoute qu'il a parlé hier à son vice-président, et que L’AILA lui fait confiance pour prendre la bonne décision sur cette question.

 

6. Rapport du Président

Rapport du Président

Seulement six mois se sont écoulés depuis la dernière réunion des présidents à Sienne. Ce temps relativement court entre les réunions a été rendu nécessaire par la tenue de la réunion des Présidents 2014 de concert avec le 41e Congrès de la LILA et le Salon du livre ancien à Paris.

Nous sommes grandement redevables au SLAM et à sa présidente Anne Lamort d’accueillir l'Assemblée Générale et le Congrès, de concert avec leur élégant salon du livre. Nous sommes également honorés d’avoir un membre aussi éminent que le SLAM qui nous permet de célébrer son centenaire avec lui dans cette belle ville.

En raison de la courte période depuis notre dernière réunion, il n'y aura pas de budget officiel présenté lors de cette réunion. Cette éventualité avait été examinée et les présidents se prononceront sur le budget 2015 via la liste électronique de discussion à l’automne. Qu'il suffise de dire que la santé financière de la LILA reste stable, bien que nos caisses soient actuellement peu remplies, car elles le sont habituellement à cette période de l'année. Lorsque la réunion des présidents a lieu à l'automne, le compte bancaire est gonflé par les revenus en provenance des foires de Californie, de New York, de Paris et de Londres, les montants reçus permettant au trésorier de déterminer nos revenus et de formuler le budget de l'année qui suit.

Le 16e Prix de Bibliographie LILA - Breslauer a été remis hier à Jon Gilbert pour son œuvre exhaustive Ian Fleming : A Bibliography par Anne Lamort et Jean-Marc Chatelain, membre du jury. Le jury, présidé avec compétence par Arnoud Gerits, mérite encore nos remerciements pour son travail acharné et son jugement perspicace.

Nous continuons à faire des progrès sur le site de la LILA et la recherche de livres. Jim Hinck, qui a généreusement fourni le moteur de recherche de la LILA en liaison avec son site ViaLibri, a récemment fait des progrès dans la recherche des sites membres, ce qu’il il expliquera plus clairement tout à l’heure. Notre rédactrice Barbara van Benthem met continuellement à jour notre site et offre une présence vivante à travers les médias sociaux. Barbara et Naveen Marshiset sont en liaison avec notre webmestre Neteor qui a eu des revers financiers, mais qui a réussi à les surmonter. Au cours de la réunion des présidents, il y aura une présentation par ABEBooks et une discussion pour savoir si nous souhaitons coopérer davantage avec eux sur une promotion conjointe. Le sous-comité qui a été impliqué dans ces discussions a été attentif dans les négociations et continuera de l'être, les présidents prenant la décision finale sur l'opportunité ou non de coopérer.

La prochaine édition du répertoire de la LILA sera imprimée en Décembre. Merci pour les efforts de Naveen, qui a soigneusement compilé le répertoire, ainsi que réuni les annonces publicitaires qui le financent, le répertoire restant sous notre contrôle complet, ainsi que de fournir espérons-le un modeste revenu. Nous vous encourageons ainsi que vos membres à acheter un espace publicitaire dans ce merveilleux outil de promotion.

Naveen a également supervisé le projet de Bibliophilie par pays. La plupart des textes ont été soumis et traduits, mais il en reste encore à recevoir.

Michel Bouvier a terminé la brochure attrayante destinée à promouvoir la LILA afin d'encourager les sponsors éventuels de soutenir nos salons du livre. Il doit être applaudi pour avoir conçu et mené ce projet à terme.

La LILA a été l'un des sponsors du colloque tenu à  la Bibliothèque du Congrès, intitulé « Authenticité » organisé au moins en partie à cause des événements entourant la Bibliothèque Girolamini. Plusieurs libraires de la LILA ont été particulièrement proactifs face à ces événements, à commencer par le président sortant Arnoud Gerits, le président de l’ALAI Fabrizio Govi qui a fait à cet égard des efforts herculéens ainsi que notre responsable de la sécurité et président de l’association espagnole, Gonzalo Fernandes Pontes. Les répercussions de ces événements sont susceptibles de hanter le monde du livre ancien pour les années à venir, mais je suis convaincu que des progrès ont été réalisés, et que LILA a été à la hauteur de ses responsabilités et continuera de l’être.

Nos pays membres ont régulièrement désigné des Patrons d'honneur dont l’importance aider à prêter de l'éclat à la LILA, et j'encourage tous les pays membres qui ne l'ont pas encore fait à désigner un patron.

Norbert Donhofer continue de superviser le programme des stages. A l'origine commencé comme un programme pour les étudiants russes, nous envisageons maintenant de placer des étudiants d'autres pays.

 La prochaine Assemblée des présidents sera animée par l’AILA à Séville en 2015, et le 42e Congrès de la LILA sera organisé à Budapest par notre nouveau membre MAE en 2016.

La Réunion des présidents de Paris verra l'élection de nouveaux dirigeants et membres du comité. Une fois de plus nous avons plus de candidats que de places. Alors que certains pourraient voir cela comme malheureux - inévitablement quelqu'un ne sera pas élu - Je vois cela comme une force continue de la LILA, et la reconnaissance claire que son orientation future est inextricablement liée à l' avenir de la profession du livre ancien. Je préfère plus - pas moins - d'élections contestées.

A l'issue de la réunion des présidents, Sally Burdon et Brian Lake mèneront un atelier dirigé par Bob Fleck sur le rôle de la LILA concernant la médiation et l'arbitrage entre nos associations membres et les affiliés. Cet atelier est organisé à cause des questions soulevées lors de la dernière réunion des présidents à Sienne, et nous espérons clarifier certaines problématiques qui ont été soulevées sur les fonctions et les pouvoirs du Comité dans ces différends.

Au cours des dernières années, le monde du livre ancien a été en proie à une faiblesse persistante de l'économie à l'échelle mondiale, ainsi que par des changements fondamentaux dans la façon dont les gens vivent et achètent des livres. Mon observation et ma conviction me poussent à dire que, malgré une certaine disparité géographique évidente, l'économie se redresse lentement, et notre commerce commence à en bénéficier.

Ce sera mon dernier rapport en tant que président et je ne peux qu’exprimer mes remerciements pour le travail acharné du Comité et pour l'aide et les conseils des Anciens présidents et des membres du comité avec qui j'ai servi. Je tiens également à exprimer ma gratitude aux présidents des associations nationales, et j'adresse mes vœux à ceux qui continueront à servir et soutenir LILA.

Le Président Tom Congalton dit que son rapport a été envoyé par e-mail sur la liste de courriels des présidents, il n'est pas nécessaire de le lire à haute voix comme il espère que tous l'ont lu.

Le Comité propose l'adoption du rapport du Président

Gonzalo Fernandez Pontes (AILA) seconde la proposition.

Vote: 19 voix en faveur - Adopté.

 

7. Sécurité

Gonzalo Fernandez Pontes, responsable de la sécurité, lit le rapport suivant :

Le rapport sur la sécurité pour la période écoulée depuis Septembre 2013 n’a pas de contribution substantielle ou de modifications.

La base de données de livres volés est continuellement mise à jour dès que de nouvelles informations parviennent à la rédactrice Barbara van Benthem.

J’ai été contacté par un journaliste américain de Paste Magazine basé à Atlanta. Il m’a envoyé un dossier avec différentes questions sur différents sujets :

- Comment la LILA aide-t-elle à arrêter les voleurs ? Les libraires se voient-ils offrir des livres volés souvent ou rarement ?

- La tendance sur les vols aujourd’hui : Comment est-ce que les associations et la LILA réagissent-elles quand un libraire est accusé de recel ? Il a terminé avec une question directe sur l’affaire Girolamini avec les accusations dirigées à l’encontre de Zisska et Schauer.

J’ai fourni des réponses prudentes, avec l’idée que cette revue a une grande diffusion dans certaines parties des USA.

Autrement, nous attendons la prochaine conférence de l’IFLA qui aura lieu à la fin de l’année et où le responsable de la sécurité pourra donner des informations mises à jour concernant les différents aspects concernant la sécurité et particulièrement sur l’affaire Girolamini qui a soulevé des inquiétudes et de l’intérêt auprès des institutionnels dans le monde.

 

8. Prix de Bibliographie

Le Secrétaire du Prix Arnoud Gerits a peu à signaler sinon que le Prix a été présenté hier lors du Salon du livre au Grand Palais par le membre du jury Jean-Marc Chatelain (BNF), et que la cérémonie a été précédée par la présentation du Prix du SLAM. Comme chacun le sait, le Prix a été décerné à la bibliographie de Jon Gilbert sur ​​Ian Fleming et le rapport du jury a été très élogieux. Il informe qu'il a déjà commencé à recevoir des livres pour le Prix suivant. Un nouveau jury sera formé, et les présidents seront tenus informés en temps utile.

Le point 10 de l'ordre du jour est abordé avant le point 9.

 

10. Travaux en cours

a) Répertoire

La secrétaire exécutive NM signale que la campagne de publicité est en bonne voie, que la somme de 24.000 euros a été atteinte, mais qu'elle a besoin de lever davantage de fonds pour rendre le projet viable. Elle encourage les présidents à informer leurs membres des avantages de cette publicité et du répertoire en tant qu’outil de promotion. Comme la dernière fois, le répertoire sera imprimé en Décembre et sera prêt à être distribué en Janvier. Les données des libraires seront collectées à partir du site début Octobre, elle demande que les données soient corrigées sur le site avant d'être recueillies et pas après sur le document Word envoyé aux associations.

b) Brochure sur la Bibliophilie

NM signale que 75% des textes sont prêts et traduits en français. Qu’environ 3 textes sont toujours en attente de réception. Qu'il sera prêt l'année prochaine.

 

9. Internet

a) Bref rapport

Barbara van Benthem prend la parole, déclare que son rapport - voir ci-après - est inclus dans le dossier remis à tous, ce pourquoi il ne sera pas lu, et que le sujet principal est la coopération envisagée avec ABE Books.

Le rapport internet présenté à Sienne il y a six mois environ contenait de manière détaillée les statistiques relatives au site, la présence sur les réseaux sociaux, la lettre d’info mensuelle, des articles récents et caractéristiques présentes sur le site, ainsi que des informations relatives à la presse et ses réactions. Un résumé de nos négociations avec AbeBooks vous a été distribué en même temps que l’ordre du jour. Pour cette raison je vais seulement vous indiquer certaines tendances générales et développements nouveaux survenus pendant les six derniers mois sans entrer dans trop de détails.

Statistiques : Le nombre de visiteurs est constant, se situant à environ 35.000 - 39.000 visiteurs et environ 125.000 à 140.000 pages vues chaque mois. Nous avons près de 36% nouveaux visiteurs par mois et 64% de visiteurs fidèles. Beaucoup d’entre eux regardent jusqu’à 20 pages différentes, dont le moteur de recherche, le calendrier et la bibliothèque - qui sont les pages les plus vues et donc fournissent le contenu le plus apprécié du site. Les visiteurs proviennent de tous les continents, surtout l’Amérique du Nord et l’Europe, mais aussi d’Asie, d’Australie, de Russie, d’Inde, du Brésil, de Turquie, de la Grèce, de Nouvelle Zélande ou d’Afrique du Sud. Près de 65% du trafic du site nous est amené par Google ou d’autres moteurs de recherche, les autres 35% sont générés par un trafic direct, des sites référents et les réseaux sociaux dont les abonnés sont en constante augmentation. Le groupe Facebook accueille quotidiennement jusqu’à 6 nouveaux membres, et compte près de 1.200 membres (821 en septembre 2013), et le compte Twitter possède près de 1.800 abonnés (1500 en septembre 2013).

Lettre d’Information : Un autre outil de communication important est la Lettre d’information électronique mensuelle envoyée à près de 3.200 abonnés, y compris des bloggeurs et journaux internationaux tels que le Frankfurter Allgemeine, le Guardian et le Independent. Une campagne est prévue pour mai 2014. Les libraires et associations recevront la demande de l’envoyer à leurs clients en les priant de s’y abonner pour recevoir les Lettres ultérieures.

Améliorations apportées au Moteur de Recherche : Jim Hinck a ajouté un lien actif face à chaque résultat de recherche, menant directement à la page du libraire vendeur. Ainsi, le client peut directement contacter le libraire propriétaire de l’ouvrage convoité, sans avoir à passer par le site où le livre est en vente.

Articles - interviews - catalogues - offres de travail : En attendant, le site - mis à jour quotidiennement - contient plus de mille articles et interviews sur une quantité de thèmes relatifs au livre, près de 1.300 catalogues téléchargés par les affiliés, une archive de vidéos d’interviews de libraires et nombreuses annonces de foires, ventes publiques, expositions et conférences. Le contenu sera bientôt enrichi par une série d’interviews de la « seconde vie » de libraires ainsi que des articles sur les sociétés de bibliophilie à travers le monde, d’autres sur les Cours consacrés aux livres anciens aux Etats-Unis, en Europe et en Australie. En mai, Sheila Markham publiera son deuxième livre d’interveiws de libraires, et la LILA va promouvoir le lancement de ce deuxième opus. Les rapports sur les foires sont appréciés des visiteurs et bien sûr, les rapports des stagiaires telles que Ksenia Batueva qui a passé 6 semaines en Espagne et Maria Rodionowa qui a travaillé en Australie. Dans ce contexte nous avons reçu plusieurs applications de stagiaires ou de recherches d’emploi de jeunes ou futurs libraires. Ce qui nous a conduit à concevoir une nouvelle section avec des offres d’emploi sur le site.

Le site de la LILA archivé par la Bibliothèque publique de Bavière : Avec ses nombreux outils de recherche et contenu en augmentation constante, le site de la LILA est un point de rencontre virtuel où tous ceux qui sont intéressés par les livres anciens et leur histoire peuvent trouver un grand nombre d’informations. C’est pour cela sans doute que la LILA a reçu une demande de la Bibliothèque publique de Bavière (BSB). C’est une des plus grandes bibliothèques de recherche d’Europe, et elle maintient une archive digitale en coopération avec le Centre Superinformatique de Leibniz qui inclut aussi des archives de sites scientifiques. Le BSB a rajouté le site de la LILA à ses archives ce qui fait que www.ILAB.org fait partie intégrante des archives virtuelles du BSB, côte à côte avec des millions de livres réels, manuscrits et pamphlets de tous les siècles que l’on peut rechercher sur le catalogue OPAC. La première version du site a été sauvegardée le 27 janvier 2014. La prochaine sauvegarde aura lieu cet été. Les archives de la BSB montrent que les sites et leur contenu peuvent être d’un intérêt permanent et faire partie de la recherche scientifique. Toutes les copies d’archive seront gardées, indexées dans le catalogue OPAC et accessibles. Des mesures en vue d’une préservation à plus long terme seront prises si nécessaire, y compris, par exemple, des modifications de format. La copie d’archive du site de la LILA accessible par la COPAC n’est pas supposée remplacer le site de la LILA destiné à être mis à jour quotidiennement. Pour aller voir à quoi ressemble cette archive, cliquez sur

http://www.ilab.org/eng/documentation/1318-ilab_website__archived_by_the_bavarian_state_library_bsb.html

Puis sur le dernier lien indiqué dans l’article et une fois arrivé sur le site de la BSB, cliquez sur  « Online lesen » pour voir ce que la BSB a archivé le 27 janvier 2014.

Elle ajoute qu’après des discussions controversées avec ABE, au cours desquelles une première proposition a été rejetée par le Comité parce qu’elle était inconsistante et conçue à la hâte, ABE est finalement arrivé à proposer une offre améliorée et le représentant d’ABE Books Udo Goellman viendra en personne la présenter ; Udo G. travaille depuis un certain temps pour ABE et possède un doctorat en histoire médiévale.

Le Président Tom Congalton indique qu’il est temps d’assister à la présentation d’ABE et que la discussion aura lieu plus tard.

Udo Goellman entre dans la salle de réunion et est bien accueilli.

b) Présentation par ABE Books

Udo Goellman remercie le SLAM et le Comité de la LILA de l’accueillir aujourd’hui. Il ajoute que c'est un grand privilège de parler ici. Il remet à chacun un livret contenant une présentation identique à celle qui apparaîtra à l'écran à travers le rétro projecteur. Certaines des personnes présentes à la réunion le connaissent très bien, il les a déjà rencontrées à l’occasion des salons du livre dans différents pays. Lorsqu’il s’était réuni avec une partie du comité l'an dernier à New York lors de la foire, il avait demandé ce qui pourrait être fait pour créer plus de confiance avec la LILA, puisqu’il existe une certaine méfiance à l'égard d’ABE. Quel pouvait être le premier pas pour montrer qu'ABE se soucie des livres rares et apprécie ce que les libraires de la LILA font dans le domaine des livres rares et de la librairie ancienne ? Il existe de nouveaux clients en ligne qui ne connaissent pas la LILA. Alors il a pensé qu’ABE pourrait mettre en valeur les libraires de la LILA et montrer qu’ils sont les meilleurs. Pourquoi ? Car la confiance qui peut être construite permettra à ABE de devenir plus attrayant pour les libraires de la LILA.

Il retrace ensuite un bref historique d’ABE. Aujourd'hui, la société compte environ dix mille vendeurs répartis dans cinquante pays à travers huit sites. Il ajoute que d'une certaine manière une forme de coopération existe déjà puisque 915 libraires de la LILA ont leurs livres sur ABE. Ceux-là seront les premiers à profiter immédiatement et à vendre plus de livres si une collaboration est signée entre la LILA et ABE.

Environ 50% de toutes les transactions sont transfrontalières. ABE dépense beaucoup d'argent sur ​​la publicité. Les gens cherchent des livres rares sur Google, et ABE consacre du temps à des préparations techniques permettant aux résultats de recherche d'apparaître sur Google d'une manière proéminente. Ils ont aussi beaucoup de visibilité dans les médias sociaux. C'est là où ils créent de la valeur supplémentaire. Beaucoup de gens croient qu’ABE ne vend que des livres bon marché, mais le marché du livre rare est très important, et sur ​​le long terme, il va prendre encore plus d’importance. Il montre ensuite les meilleurs ventes de Mars 2014, il dit - et cette information est priée de rester confidentielle et de ne pas être publiquement diffusée - que les libraires de la LILA ont vendu en 2013 un total de 433 000 livres pour une valeur totale de 24 millions de dollars.

Comment ABE mettrait en valeur les libraires de la LILA ? ABE peut créer un espace exclusif pour eux, montrant sur ​​cette page ce que la LILA représente, avec une recherche qui ne mènera qu'à des membres de la LILA, et un lien permanent vers le site de la LILA. Sur le côté, une galerie de livres rares, ou des vidéos ou d'autres suggestions que vous pourriez avoir peuvent être réalisées. Ce fut là sa première proposition, mais après un an de négociations avec le Comité Internet de la LILA et où il a essayé de convaincre son administration, il a réussi à obtenir un lien permanent vers le site de la LILA sur la page d'accueil d’ABE, avec une bannière en rotation qui serait sur ​​le coin en haut du site, ainsi qu'un lien vers la page d'accueil de la LILA sur la devanture de chaque libraire de la LILA, qui les aiderait à se démarquer des autres vendeurs sur le site. C'est une caractéristique qui doit être construite, mais ils sont prêts à le faire. Puis il indique où les liens vers la LILA seraient montrés. Et pour finir, ils aideraient les libraires de la LILA à attirer des clients par l'envoi de courriels ciblés à des personnes choisies. Ils respectent ceux qui ne veulent pas de vendre par le biais d’ABE, mais il y aura une offre spéciale pour ceux qui voudraient s’y inscrire. Il poursuit en disant qu’ ABE demanderait en retour de faire un lien réciproque sur notre site Web, ainsi que d’informer notre public Internet et les libraires sur la coopération signée avec ABE.

Il ajoute que sa ne serait pas une rue à sens unique, personne ne serait forcé de se joindre à l’accord qu’il s’agisse d’un libraire ou d’une association nationale. Il conclut en soulignant que la coopération peut bénéficier aux deux parties.

Il demande s'il y a des questions à lui poser.

Tom Goldwasser (ABAA) pose une question à propos des données quotidiennes envoyées par ABE au site de la LILA. Jim Hinck - fournisseur du métamoteur - répond que c'est grâce à cela que le métamoteur de LILA peut accéder aux données des livres des libraires LILA sur ABE.

Umberto Pregliasco demande quel est le pourcentage de revendeurs non professionnels sur ABE. Udo n'a pas le nombre exact, mais il dit que la majorité des vendeurs sont des professionnels, ajoutant que de nombreux amateurs ferment leur compte après un essai de 3 mois. Le site allemand, Zvab, exige des vendeurs d’avoir une entreprise fiscalement enregistrée. Peut-être cela pourrait-il s’appliquer à l'avenir pour les autres sites ABE ? Il ajoute qu'une collaboration serait une étape en vue de donner plus de visibilité aux professionnels.

Tom Goldwasser demande alors si les données des membres de la LILA seront utilisés pour le marketing direct avec les clients ? les données seront-elles partagées avec d'autres ? Udo G. répond que généralement ils ont une assez bonne connaissance de l’identité des collectionneurs, et qu'il ne sait pas quelle serait la quantité d'informations pouvant être partagées avec la LILA en cas de collaboration éventuelle. Il doit demander des autorisations à cet effet. Il dit que sur le long terme, les livres rares vont être de plus en plus importants et qu’ABEBooks fonctionne indépendamment d'Amazon, même si ce dernier en est propriétaire.

Anne Lamort (SLAM) dit qu’on pense souvent que le marché des particuliers correspond au marché de faible valeur. Comme va t il se passer si les particuliers veulent vendre des livres plus importants? Et qu’en est-il des libraires de la LILA qui auraient une double identité afin de vendre des livres moins chers sous un pseudonyme ? Certains acheteurs risquent de se précipiter sur les particuliers au lieu des libraires, en espérant acheter moins cher.

Udo G. répond qu'il n'est pas au courant de l’existence de vendeurs opérant sous des identités doubles. Peut-être qu'ils existent. Mais il ne pense pas que les clients viennent sur le site ABE spécifiquement pour les vendeurs privés parce qu'ils seraient moins chers. La vente est une combinaison de plusieurs facteurs : prix, description, image. Beaucoup de non professionnels ont de mauvaises descriptions ou pas de descriptions du tout. C'est pourquoi il estime que la mise en valeur des libraires de la LILA convaincra plus de clients à payer des prix plus élevés. Les vendeurs amateurs copient collent les descriptions et quand un client achète un livre en ligne et voit que le livre n'est pas conforme à la description, il le renvoie. ABE mesure combien de livres sont renvoyés cela leur crée des problèmes et ils vont devoir à l'avenir exclure les vendeurs qui ont beaucoup de retours, ou peut-être être plus agressifs avec eux. ABE sait que les professionnels vendent des livres en dehors d’ABE. La présentation de la LILA permettra également de sensibiliser les clients.

Gonzalo Fernandez Pontes a deux questions ; l'association espagnole compte 46 membres ; la semaine dernière, il est allé vérifier la version espagnole du site ABE, et a constaté qu'il y a 350 vendeurs en Espagne. Il a passé une heure à vérifier leur identité, plus de 50 n’ont qu’ un surnom, et n’affichent même pas un numéro de téléphone. Lorsque leur inventaire est analysé, on constate que les livres n’ont pas de description, et chaque livre a un prix maximum de 100 euros. L'assemblée générale de ses membres a eu lieu en Décembre dernier, et les libraires se plaignent du manque de transparence d’ABE sur ces personnes. Que peut faire ABE d'autre que de montrer que les libraires de la LILA ont un pedigree ? Quelles sont les intentions d’ABE concernant les vendeurs amateurs ? Même ses clients lui demandent s’il sait qui se cache derrière un pseudonyme. Ces données ne peuvent inspirer confiance, et c'est pourquoi ses membres veulent plus de transparence. Tous les salons du livre de la LILA font un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros environ. Cela dit, il est très intéressant d'avoir une page d'atterrissage pour les livres haut de gamme. Cette coopération doit être plus concrète, car il doit pouvoir rendre des comptes à ses membres, en leur disant que cette proposition semble être fantastique.

Udo G. répond que la première question chevauche avec celle de Mme Lamort. Les vendeurs peuvent décider d'afficher ou non des numéros de téléphone. Il demande aux libraires présents de lui signaler les vendeurs qui sembleraient douteux. Aujourd'hui, chaque vendeur doit fournir un numéro de TVA, ce qui n'était pas le cas auparavant. Les gens qui vendent sur ​​ABE et qui ne déclarent pas leurs ventes aux autorités fiscales sont stupides parce que tout est enregistré sur le site d’ABE et peut très facilement être vérifié. Lorsque les clients ont des questions et peuvent communiquer avec un libraire, ABE est très conscient que cela peut conduire à d'autres ventes faites en dehors du site. Il convient que certains vendeurs devraient être exclus, cependant, il ne peut pas décider tout seul à changer les règles existantes.

Brian Lake (ABA) dit qu'il est confus, car ABE gagne moins d'argent sur ​​les ventes de grande valeur puisque la commission maximale est de 40 dollars. Alors, pourquoi donc ABE voudrait vendre des livres chers? Ou est-ce que ABE risque d’y voir une occasion d'augmenter les frais à l'avenir ?

Udo G. répond qu'il n'y a pas de plan pour modifier les frais dans l'avenir immédiat. ABE ne facture pas davantage de commission sur les livres de grande valeur, car ils savent que la marge sur les hautes livres est moindre, et ils veulent que les libraires restent contents.

Bob Fleck demande à qui appartiennent les descriptions de livres et Evelyne Morel de Westgaver demande si celles-ci sont conservées et comment elles sont utilisées.

Udo G. répond que, comme ils ont besoin de montrer les livres, de faire de la publicité, les envoyer à Google et autres outils de marketing, ABE doit être en mesure d'utiliser les descriptions de livres.

Bob Fleck affirme qu’Amazon prend les informations relatives à un livre, telles que des images, et les utilise.

Udo G. répond que les images ne sont pas vendues, mais seulement utilisées pour promouvoir les livres qu'elles représentent.

Bob Fleck veut s'assurer que ces informations ne sont pas vendues à des tiers. Udo G. confirme ce fait. Bob Fleck ajoute qu'il aime bien Udo G. qui semble être en faveur des intérêts des libraires, mais à un certain moment, il devra aller à sa direction et expliquer comment et pourquoi la LILA va leur générer plus de profits. Udo G. répond qu'il a convaincu son conseil que cette éventuelle coopération produira des bénéfices sur le long terme puisque ABE attirerait plus de libraires et de clients. Il n’a pas été en mesure de donner à sa direction des chiffres exacts, mais il espère qu'il a raison. Bob F. demande si ABE risque d’être la cible de mécontentement de la part de vendeurs non membres de la LILA. Udo G. répond que non et que ABE veut aider les libraires de la LILA parce qu'ils croient qu'ils sont les meilleurs, et cet accord pourrait encourager les libraires non affiliés à la LILA à adhérer aux associations nationales.

Tom Congalton demande s’il serait possible d’arrêter et de revenir en arrière, au cas où nous nous mettrions d’accord sur une période d’essai, au cours de laquelle l’on constaterait que cela ne fonctionne pas pour l’une ou l’autre des parties. Udo G. confirme que ce serait possible.

Tom Goldwasser demande où le lien réciproque sur le site de la LILA atterrirait ? Udo répond que ce serait un lien vers la page d'accueil de la LILA sur le site ABE.

Jörn Harbeck pose une question sur l'impression des livres à la demande et s'il existe un plan pour s’en débarrasser dans les résultats de recherche ? Il ajoute que ABE tente d'être tout pour tout le monde, et que c’est un objectif difficile à réaliser.

Udo G. répond qu’ABE a mis en œuvre il y a un an une modification technique, où les livres en impression sur demande peuvent être filtrés lorsqu'une recherche est faite, mais pas encore les e-livres ; il est d'accord avec ces préoccupations, il est très possible que l'ABE soit en mesure de faire la programmation technique nécessaire dans la prochaine année pour les filtrer, ils représentent des tonnes en termes de listing, mais très peu en terme de revenu. Ils ont besoin de construire les bases techniques pour cette fonctionnalité supplémentaire. Ils devraient parvenir à créer des filtres pour les livres électroniques, les méga-vendeurs et les livres neufs. Ils veulent, cependant, les garder sur leur site et pas les envoyer sur Amazon. Une idée serait de réduire tous ces livres sur une seule entrée. Ils travaillent sur ​​ce sujet à l'heure actuelle.

Le Président Tom Congalton annonce une pause-café au cours de laquelle les présidents pourront poser toute question à Udo Goellman.

Celui-ci remercie les présidents et le Comité. Il est applaudi.

Une pause-café de 15 mn est observée, à la suite de quoi Tom Congalton remercie Udo Goellman d’être venu; à son tour, il présente ses meilleurs vœux pour la réunion et le Congrès. Il est applaudi et il s'en va.

Le Président Tom Congalton propose de revenir à l'ordre du jour de l’assemblée générale ordinaire.

 

11. Proposition de l’ABA

Code de déontologie :

L’ABA propose que le paragraphe suivant soit ajouté au Code de Déontologie de la LILA  (Code des Us et Coutumes), et suggère qu’il soit ajouté dans la section 2.3 Description.

« Les descriptions bibliographiques et images font partie de la propriété intellectuelle : les membres et leurs représentants ne doivent pas voler ou plagier les descriptions de leurs collègues ; toute citation doit être attribuée à son auteur, et si un usage substantiel est fait des fiches ou des images appartenant à un autre libraire, la permission devra en être obtenue préalablement. »

Le conseil d’administration de l’ABA a voté l’inclusion de ce paragraphe dans son propre code de déontologie, et a voté la demande de son inclusion dans le Code de la LILA.

La proposition est lue par Tom Congalton et secondée par Fabrizio Govi (ALAI). Il n’y a pas de discussion, et on passe au vote.

Vote :

Pour: 17

Abstention: 2  [Ton Kok (NVvA); Evelyne Morel de Westgaver (CLAM)]

La proposition est adoptée.

 

12. Proposition du Comité

Le Comité propose l’idée de promouvoir un événement annuel commun à toutes les associations, comme par exemple l’organisation d’une semaine du livre rare internationale.

Evelyne Morel de Westgaver seconde la proposition.

Norbert Donhofer explique que dans le monde entier, l'Unesco célèbre le 23 Avril le livre et le droit d'auteur. Une structure existe, et peut-être pouvons-nous y participer? Nous pourrions ainsi attirer plus de clients. Nous pouvons travailler sur la proposition en profondeur et revenir aux présidents avec une proposition.

Brian Lake (ABA) dit que c'est une bonne chose en principe, mais certaines associations ont déjà une semaine de livres rares organisées autour des grandes foires.

Norbert Donhofer répond que l'idée est d’avoir une journée spéciale commune, tous les libraires ouvriraient leur boutique et la LILA ferait de la promotion afin que cela devienne un événement commun dans le monde entier.

Umberto Pregliasco ajoute que les événements mentionnés par Brian Lake sont limités à notre petit monde. Mais si nous rejoignons un événement dans le monde entier, même s'il s'agit de livres neufs, il serait plus médiatisé.

Il n'y a plus de discussion. Le vote est demandé.

Vote :

En faveur : 16.

Abstentions: Brian Lake (2) - Le président de la VEBUKU est sorti pendant un court instant pour vérifier son stand sur le Salon.

 

13. Election de 3 membres pour le Comité

3 postes sont à pourvoir puisque trois membres démissionnent : Le Président Tom Congalton, le Trésorier Paul Feain et la conseillère Brigitta Laube.

4 Nominations ont été reçues :

a) l’ABAA propose la candidature de Stuart Bennett, ancien président de l’ABAA

b) l’ANZAAB propose la candidature de Sally Burdon, ancienne présidente de l’ANZAAB

c) le NVvA propose la candidature de Ton Kok, ancien président du NVvA

d) Le Comité propose la candidature de Bob Fleck, ancien président de l’ABAA, président d’honneur de la LILA, au poste de Trésorier.

Les bulletins de vote sont distribués. Les pays avec deux voix reçoivent deux bulletins de vote.

Les scrutateurs ramassent les bulletins de vote remplis et quittent la salle de réunion afin de procéder au dépouillement. Pendant ce temps, le point 15 de l'ordre du jour est vu, et Arnoud Gerits est élu président d'honneur de la LILA à l’unanimité des personnes présentes.

Les scrutateurs reviennent cinq minutes plus tard dans la salle de réunion avec les résultats des élections.

Sont élus:

Stuart Bennett, comme membre du Comité, avec 14 voix

Sally Burdon, comme membre du Comité, avec 17 voix

Bob Fleck, comme trésorier, avec 13 voix

Ton Kok, avec 10 voix, n'est pas élu.

Les membres nouvellement élus sont applaudis.

 

14. Autres Elections

Le Comité propose les candidatures suivantes :

Président : Norbert Donhofer

Vice-Président : Gonzalo Fernandes Pontes

Les bulletins de vote précédemment distribués contiennent aussi les résultats de cette élection.

Les scrutateurs annoncent que les deux candidats sont élus avec 17 voix chacun.

Ils sont applaudis. Tom Congalton présente la médaille de président à Norbert Donhofer qui le remercie et déclare :

Merci pour votre confiance que j'accepte volontiers, au nom de tout le comité. Nous allons essayer de faire de notre mieux pour naviguer le navire 'LILA' par une mer calme, nous l’espérons, lors des deux prochaines années. Nous pouvons compter sur la longue expérience de nos présidents et des présidents d'honneur et sommes donc très optimistes pour pouvoir gérer la situation. D'un point de vue plus personnel, ma vie devrait être plus facile désormais, après six années difficiles passées au sein du Comité: J'ai maintenant ma secrétaire personnelle - Naveen Marsh -, mon web-éditeur personnel - Barbara van Benthem -, et sept esclaves. Ma première action en tant que président de la LILA est de présenter cette plaque au président sortant Tom Congalton. …

Il offre à Tom Congalton et à Arnoud Gerits chacun un badge et une plaque gravée, Arnoud Gerits remercie tout le monde en disant qu'il a servi avec honneur et plaisir et ajoute qu’aussi longtemps qu'il pourra aider la LILA, il espère qu'il sera en mesure de le faire.

Norbert Donhofer rend la présidence de séance à Tom Congalton en disant : Et maintenant, Cher Tom, je voudrais te rendre la présidence de séance et te demander de continuer la réunion et de la finir. 

Tom Congalton lit alors le texte figurant sur une plaque gravée destinée au SLAM et à son président Anne Lamort pour les remercier d’avoir organisé et accueilli le Congrès, puis la lui présente, et elle le remercie en retour.

 

16. Divers

a) Futurs congrès et réunions

La prochaine réunion des présidents aura lieu à l'automne 2015 à Séville à l'invitation de l'AILA ; Gonzalo Fernandez Pontes qui sera notre hôte en sa qualité de président de l’AILA en avait déjà fait une brève présentation à Lucerne, elle sera probablement programmée début Octobre plutôt que Septembre à cause de la chaleur. Ton Kok demande que la date soit rapidement fixée car le NVvA doit également fixer la date de son salon du livre en Octobre et il ne faudrait pas que les deux événements se chevauchent.

Norbert Donhofer annonce que le prochain congrès sera organisé par l’association hongroise, malheureusement Adam Bosze (président MAE) chargé d’une émission de télévision aujourd'hui, n’a pas pu être présent ici. Il donne quelques informations de base sur le congrès : Budapest est une vieille ville avec un riche patrimoine et une ancienne histoire, fortement influencés à la fois par les empires ottoman et austro-hongrois et possède le plus grand Parlement d’Europe. Le Congrès sera suivi d'une courte foire de deux jours. Les frais d’inscription ne seront pas chers, entre 800 et 900 Euros. Il devrait avoir lieu à la fin Septembre ou début Octobre.

b) Stages

Norbert Donhofer indique que le programme s'exécute plus ou moins automatiquement. Il a envoyé plusieurs stagiaires russes dans divers pays, dont l'Espagne et l'Australie. Dans six mois, il y aura une demande pour un nouveau stagiaire.

c) Possibilité de nouveau membre

Il semble qu’une association croate demande d’adhérer à la LILA. Norbert va prochainement rencontrer son président, un libraire de Zagreb. L'association est comparable à la hongroise par la taille. Il espère que cela va fonctionner.

d) Patrons d'honneur

Tom Congalton rappelle aux pays qui n'ont pas nommé de Patrons d'honneur qu’ils sont encouragés à le faire.

e) Parrainage des Salons du livre

Tom Congalton demande Michel Bouvier de parler de la brochure qu’il a fait faire. Arnoud Gerits en remet un exemplaire à chacun qui est très admiré. Michel Bouvier ajoute que l'idée est de trouver des partenaires pour parrainer nos salons du livre. Cette brochure doit être accompagnée d'une lettre de motivation envoyée ou remise aux sponsors potentiels. Il demande aux présidents d'essayer de trouver des sponsors dans les marques de luxe, les banques, etc. .. l'argent recueilli sera utilisé pour faire plus de communication sur nos salons. Nous pouvons aussi travailler à établir des partenariats avec la presse et les autres médias.

Tom Congalton le remercie pour son travail. Si quelqu'un veut se prévaloir de cette possibilité, il faut qu’il prenne contact avec Michel Bouvier.

 

Les sujets étant épuisés, l'Assemblée Générale Ordinaire est unanimement levée, et l'assemblée générale extraordinaire est ouverte.

***

Assemblée Générale Extraordinaire

 

1. Etablissement du Quorum

Une proposition a besoin de 13 voix pour être adoptée.

 

2. Proposition du Comité

ABE a présenté la proposition en annexe à la LILA pour considération par les présidents. Cette proposition est le fruit d’un grand nombre de discussions entre ABE et le comité spécifique ABE/LILA.

- Cette proposition doit-elle être rejetée par les présidents ?

OU

- Le comité devrait-il être autorisé à demander un avis juridique de la proposition ?

Une fois que la proposition aura été juridiquement étudiée, le Comité la fera suivre aux présidents pour un vote final, qui serait effectué par voie électronique et écrite sur présentation du contrat revu.

Ton Kok (NVvA) seconde la proposition.

Tom Congalton explique que le comité internet a examiné attentivement la proposition ABE ; bien conscient qu’elle ne sera pas sans controverse, le Comité recommande néanmoins que les présidents lui permette de commencer un partenariat limité avec le site ABE, sachant que la décision peut être inversée à tout moment si elle ne donne pas satisfaction.

La discussion commence.

Anne Lamort dit que cela fait deux réunions de suite où l’on vote la poursuite des discussions. Il faut arriver à la discussion centrale, puisque nous avons tous compris les arguments pour et contre, il faut aller maintenant au fond des choses et voir qui s’oppose formellement à ce projet et qui ne s’y oppose pas. On y passé beaucoup de temps et on pourrait l’utiliser à autre chose par exemple comment améliorer le site de la LILA.

Eberhard Koestler (VDA) demande si le Comité a une idée du coût d’un avocat, et si nous pouvons avoir une période d'essai sans conséquences financières ?

Tom Congalton demande à Jim Hinck son avis, qui dit que cette proposition de collaboration est un cadeau incroyable de la part de quelqu'un qui n'a pas vraiment besoin de nous, et qu'il serait particulièrement bénéfique aux affiliés qui vendent sur ​​ABE, et il n’y voit aucun inconvénient. Il serait très déçu de manquer ce moment unique. ABE ne reviendra pas dans 3 ou 4 ans nous faire une autre proposition. Il croit qu'ils cherchent à faire avancer les activités dans le domaine du livre ancien, et s'ils voient que nous ne les soutenons pas, qui sait ce qu'ils feront.

Bob Fleck répond que nous devons demander à ABE de rédiger le contrat, nous n’aurions alors qu’à le faire réviser, ainsi nos frais d'avocat seraient minimes. Si tout cela est fait correctement, il n'y a rien qui nous empêche de prendre contact avec d’autres sites et de leur proposer la même collaboration qu’avec ABE. Dans ce cas, nous ne serions pas en train de faire la promotion d’ABE mais tous les moteurs de recherche seraient nos promoteurs.

Brian Lake (ABA) dit que ses sentiments lui dictent de ne pas coucher avec Amazon. Mais du point de vue de l'ABA, il appuie la motion. Il aimerait que chaque association exhorte leurs membres de voter le contrat final.

Anne Lamort dit que peut être Brian Lake fait une confusion entre associations et LILA, car soit le contrat est passé association par association ou bien avec la LILA et dans ce cas, on ne peut pas demander aux membres de prendre une décision pour la LILA. Le Bureau du SLAM se refuse absolument à soutenir cette proposition. Elle veut reparler des arguments de fond et des conséquences à long terme d’une éventuelle collaboration. Elle a envoyé un mail aux présidents, n’a reçu que trois réponses, mais aucun débat n’a été engagé. Donc c’est le moment de le faire. Et avec d’autres arguments que ceux présentés par ABE.

Evelyne Morel de Westgaver dit que l’association belge est également très réticente, et se pose des questions: quel est le réel degré d’indépendance d’ABE vis à vis d’Amazon, qui achète des livres d’occasion à ses propres clients ? C’est pour cela qu’elle a demandé ce que devenaient les descriptifs des libraires, et comment s’assurer qu’ils ne deviendront pas libraires eux-mêmes.

Tom Congalton dit qu'il est fortement en faveur de la proposition et ajoute que la LILA ne risque pas de perdre son identité, mais plutôt de l’améliorer et l'optimiser. Nous serions les grands bénéficiaires de cet accord.

Peter Bichsel (VEBUKU) rappelle que Udo Goellman a dit vouloir spécialiser ABE sur le créneau du livre rare et Amazon sur le marché du livre de masse. Si ce n’est pas fait, il envisage des difficultés pour collaborer avec eux, mais nous pourrions tenter un essai.

Jörn Harbeck (ANZAAB) dit qu'il était indécis avant de venir, il avait envoyé des commentaires aux présidents sur la liste de diffusion, et il a entendu aujourd'hui d'autres arguments, ce qui signifie qu'il votera en faveur. Le comité de l’ANZAAB était partagé, mais il est autorisé à prendre une décision en son nom. Il apprécie les arguments de Bob Fleck pour aller vers d'autres sites avec une proposition similaire, il faudra les observer attentivement et voir la suite des évènements.

Poul Poulsen (ABF) rappelle que les membres des associations nationales n’ont aucune obligation à s’inscrire sur ABE et que toute personne ou association nationale peut se retirer de l’accord.

Anne Lamort répond que ce serait la pire des solutions. Elle est surprise de voir que cela ne choque personne qu’ABE soit ouvert aux particuliers d’autant plus que nous sommes les gens censés représenter le haut de gamme ; c’est comme si on ouvrait le Grand Palais à ceux qui ne payent aucune taxe, des particuliers. Elle s’étonne que cet aspect ne soit pas plus mis en avant, c’est l’argument fondamental. Les autres sites font cette sélection et n’acceptent que des professionnels patentés, et ce qui fait la réussite d’Abe c’est qu’ils ont ouvert leur site aux particuliers. Les autres ont été plus exigeants sur le recrutement.

Gonzalo Fernandez Pontes estime qu'il s'agit d'un train que nous devons prendre car nous avons un billet de retour. La seule chose à dire, c'est que si, après un an, cela ne fonctionne pas selon notre plan, nous pouvons prendre la décision de savoir si nous continuons ou non.

Dieter Tausch (VAO) se dit d'accord à 100% avec Anne Lamort.

Fabrizio Govi (ALAI) dit que nous sommes tous préoccupés par le fait que les vendeurs privés fonctionnent sur ABE, mais que nous devons affronter la réalité. La moitié de nos membres listent déjà sur ABE. Soit nous leur demandons de retirer leurs livres, ou cet accord peut aider nos affiliés à améliorer leurs ventes.

Arnoud Gerits dit qu'il a beaucoup de sympathie pour les arguments d'Anne, mais plusieurs membres du SLAM listent là, et cette collaboration nous mettrait en valeur, de sorte que nous ne serions plus être mélangés avec les vendeurs privés, et nous ne pouvons qu’appuyer cela.

Jim Hinck ajoute qu'il est évident qu’ABE est la force dominante de l'Internet, et l'Internet est important. Si ils sont si puissants, il vaut mieux avoir une certaine influence sur eux. Si nous les rejetons, ils n’auront aucune raison de nous écouter.

Keith Fletcher dit qu'il est heureux de savoir que si la transaction aboutit, nous pouvons l’arrêter si elle n'est pas couronnée de succès. Nous aurions besoin d'avoir un mécanisme pour évaluer son succès avec plus de statistiques, et de voir si notre image serait améliorée ou non.

Tom Goldwasser dit que cette proposition peut potentiellement avoir des conséquences négatives pour les associations et les affiliés, elle pourrait ressembler à un cheval de Troie. Cependant, l’ABAA s’est, de peu, prononcée en faveur de l'essayer. Nous entrons dans une proposition publicitaire avec eux. Ce n'est pas les vendeurs privés qui sont les plus  dangereux, mais peut-être l’échec à placer notre site Web en position dominante et de laisser à ABE ce rôle. Si nous poursuivons cet accord, le contrat devrait contenir une clause de résultat. Il pourrait être intéressant d'essayer pour un peu de temps, les arguments des deux camps sont convaincants et c’est une tentative de rendre nos affiliés plus visibles.

Adrian Harrington dit qu’il ne faut pas oublier le collectionneur envers qui nous avons un devoir. Le collectionneur fait la plupart de ses achats sur Google et il va atterrir chez ABE le plus souvent. Si nous pouvons utiliser notre influence pour améliorer son expérience d'achat, alors c'est quelque chose que nous devrions faire. L’ANZAAB a demandé il ya un certain temps à ses membres ce qui n'allait pas avec ABE. Sally Burdon qui était alors présidente de l’ANZAAB a communiqué à ABE les suggestions de ses membres et ABE les a écoutés. Il est facile d'imaginer ce que nous pourrions être en mesure de faire si nous avons un pied chez eux.

Tom Congalton arrête la discussion et demande le vote de la motion suivante :

En faveur d’autoriser le comité à obtenir un avis juridique sur la proposition : 14 voix

Opposé : 5 voix - SLAM (2), CLAM (1), MAE (1), VAO (1)

La motion est adoptée.

Le sujet étant épuisé, l'Assemblée Générale Extraordinaire est terminée, et l'assemblée est levée à 13h45.

 

 

***

 

 

  • share