Skip to main content
Turin 2003 (Committee) | | Turin 2003 (Committee)

Turin 2003 (Committee)

Published on 17 Feb. 2018

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU COMITÉ  DE LA LILA,

HOTEL VICTORIA, TURIN, ITALIE

VENDREDI 28 ET SAMEDI 29 MARS 2003-07-17

 

La séance est ouverte à 9h40 par le Président Bob Fleck.

 

Présents : Le Président  Bob Fleck (BF), Le Vice-Président Keith Fletcher (KF), le Trésorier Poul Jan Poulsen (PP), le Secrétaire Steven Temple (ST), la Présidente sortante Kay Craddock (KC), et les membres du comité Michael Steinbach (MS), Dieter Tausch (DT), Emmanuel Lhermitte (EL) et Arturo Pregliasco (AP) ; sont également présents Arnoud Gerits, rédacteur en chef de la Lettre d’Information de la Ligue et Jelle Samshuijzen, webmaistre du site internet de la Ligue.

 

Absents et excusés :  Anton Gerits, Bob de Graaf et Mitsuo Nitta.

 

Approbation du procès-verbal de la réunion du Comité de Helsinki, le 5 septembre 2002 : résolution proposée par PP, secondée par KF, et adoptée à l’unanimité.

 

QUESTONS DIVERSES A L’ORDRE DU JOUR

 

Responsabilité légale : BF annonce que l’immatriculation de la LILA en Suisse n’a pas été renouvelée depuis 1976. Il semblerait qu’en tant qu’organisation à but non lucratif, la LILA ne soit pas obligée, selon le droit suisse, d’être immatriculée . Mais étant donné les nouvelles activités complexes de la LILA, telles que le site internet, les contrats divers et le service d’alerte électronique, BF a demandé à Névine Marchiset si elle voulait bien partir en Suisse pour y consulter un avocat sur les avantages et les inconvénients d’une immatriculation, et ce qu’il en est de la responsabilité légale de la LILA en cas de non immatriculation. Névine n’a pas encore fait le voyage car nous devons d’abord obtenir quelques clarifications concernant le statut de notre site internet qui est immatriculé aux Pays-Bas. Quelle est la responsabilité légale de la LILA en droit néerlandais ? AG a consulté un avocat néerlandais à ce sujet, mais n’a toujours pas obtenu de réponse. Selon Névine,  nos statuts sont soumis au droit Suisse, que la Ligue soit immatriculée ou pas, car les statuts spécifient que la Ligue est régie par le code civil suisse. Lorsque AG aura reçu une réponse de l’avocat néerlandais, le Comité décidera s’il est nécessaire d’envoyer Névine en Suisse pour une consultation (ACTION BF). EL souligne l’importance de recevoir une réponse écrite plutôt qu’une opinion orale de l’avocat suisse. BF mentionne qu’il faudra déposer une nouvelle version du Manuel de la LILA en Suisse dès qu’elle sera achevée. ACTION suivie par ST.

 

Glossaire : Afin d’améliorer le contenu de notre site internet, BF cherche à obtenir les droits pour une édition électronique de l’ouvrage de John Carter « L’ABC des bibliophiles ». Une nouvelle édition est attendue pour le mois de mai 2003 et BF pense que les négociations aboutiront à un résultat positif. Cette question sera revue lors des prochaine réunions. Il explorera alors la possibilité d’obtenir les mêmes droits pour un équivalent français de l’ouvrage de John Carter. ACTION suivie par BF.

 

Archives : AG est toujours en pourparlers avec la bibliothèque de l’Université d’Amsterdam, concernant le dépôt des archives de la Ligue. La bibliothèque n’offre pas de contrats standards pour ce genre de dépôts, AG a donc suggéré que nous apportions les modifications nécessaires au contrat qui le lie à cette université pour ses propres archives, le traduisions puis le signions. BF suggère de jeter un œil sur le contrat qui lie l’ABAA au  Grolier Club pour le dépôt de leurs archives. KF et AG vont étudier la question. ACTION suivie par KF & AG. La question est posée de savoir si le Comité a le pouvoir de préparer et de signer un tel contrat ou si celui-ci doit être préalablement approuvé par les Présidents ? La réponse est que les Présidents ont déjà approuvé cette décision, et par ailleurs, puisque le Comité a déjà signé d’autres contrats au nom de la Ligue, tel celui avec Bookfinder.com, le Comité possède donc ce pouvoir. Le comité vote à l’unanimité la rédaction et la signature d’un contrat pour le dépôt des archives de la LILA à la bibliothèque de l’Université d’Amsterdam. ST demande où sont actuellement stockées ces archives, AG lui répond que la plupart sont déjà à l’université, mais qu’il en existe d’autres en Suisse et à New York. BF fait remarquer que les documents de la LILA déjà déposés au Grolier Club y resteront. BF se charge d’obtenir une copie du contrat signé entre l’ABAA et le Grolier Club et d’envoyer ultérieurement une annonce aux libraires affiliés à la LILA pour leur demander de donner des documents au archives de la LILA. ACTION suivie par BF.

 

Augmentation des compensations financières destinées aux membres du Comité et aux Anciens Présidents de la LILA qui assistent aux réunions : le Manuel de la LILA précise (Règlement intérieur 1.1, page 9) : « Les Présidents d'Honneur et le Président sortant qui assistent aux réunions du Comité ne bénéficient pas du versement d'une indemnité de déplacement ». BF suggère de supprimer la phrase « et le Président sortant » de ce règlement. Il est persuadé que les présidents sortants sont essentiels à la bonne marche du Comité, et il est injuste d’exiger leur présence sans les indemniser. KC pense qu’il faudrait restreindre ces indemnités à une période de deux ans non renouvelable. Elle pense que le rôle du président sortant n’est pas seulement d’assurer une bonne transition, mais aussi de mener à terme des actions engagées par lui lors de son mandat. Quelqu’un fait remarquer qu’une modification du règlement 1.1 oblige à modifier également le règlement 1.2. BF suggère que le comité vote cette proposition et demande au Secrétaire Général de préparer une motion en ce sens à présenter à l’Assemblée de Potsdam. KF, secondé par MS met au vote cette résolution. Elle est approuvée à l’unanimité. ACTION suivie par ST.

 

Le montant des allocations journalières destiné aux membres du Comité assistant aux réunions est ensuite étudié (cette allocation inclut un forfait pour le séjour hôtelier), il est actuellement de 200 $ pour 2 jours de réunion, et de 300$ pour 3 jours de présence lors des Assemblées Générales. Il est suggéré que ces allocations soient augmentées à 150$ par jour. PP confirme que la LILA peut se permettre ces augmentations. ST suggère que puisque l’euro et le dollar sont actuellement à peu près équivalents, et puisque la majorité de ces réunions ont lieu en Europe, d’augmenter ces allocations à 150 euros plutôt que 150$. PP, secondé par DT, met au vote la résolution d’augmenter les allocations à 150 euros par jour. Elle est approuvée à l’unanimité.

 

Cartes d’identité des libraires affiliés à la LILA : BF rappelle que lors de la dernière Assemblée des Présidents, le Comité a été chargé d’étudier la possibilité de faire établir des cartes d’identité pour tous les libraires affiliés à la LILA. KF fait remarquer que la question n’est pas à l’ordre du jour, mais BF réplique que c’est néanmoins une des responsabilités du Comité d’étudier la question. EL montre sa carte d’appartenance au SLAM sur laquelle il est ajouté chaque année un autocollant lors du renouvellement de la cotisation. BF demande à EL s’il se chargerait de ce projet, avec l’assistance de AP, qui accepte. Cette carte serait aux couleurs officielles de la LILA, contiendrait le nom du libraire, son numéro d’affiliation, le nom de sa librairie et son numéro de TVA. Rockingstone va dessiner un modèle et EL en supervisera la production.

 

RAPPORTS DIVERS

 

 

Rapport du Président : Bob Fleck présente un rapport écrit (voir ci-joint)

 

MS pense que la lettre d’information électronique mensuelle devrait être moins fréquente. BF suggère qu’une lettre bimensuelle serait acceptable à moins qu’il n’y ait des nouvelles importantes à signaler. MS & JS vont étudier la possibilité d’en améliorer l’apparence, en y ajoutant peut-être le logo de la LILA et ses couleurs officielles. ACTION suivie par MS & JS. EL demande à ce qu’un résumé en langue française lui soit fait pour les messages importants. KF dit que lui-même ou AG ou AP s’en assureront à l’avenir. KF, secondé par PP, met au vote l’approbation du rapport du Président. Le rapport est approuvé à l’unanimité.

 

Rapport du Secrétaire : Steven Temple présente un rapport écrit (voir ci-joint). KC et BF suggèrent que les informations manquantes concernant les présidents et leurs associations nationales soient obtenues et qu’un calendrier des dates de changement des présidents de chaque association soit préparé. ACTION suivie par ST. DT, secondé par KF, met au vote l’approbation du rapport du Secrétaire. Le rapport est approuvé à l’unanimité.

 

Rapport du Trésorier : PP présente une copie imprimée du rapport financier du 1er août 2002 – 15 mars 2003 (voir ci-joint). Il souligne la politique de la Ligue concernant les indemnités de déplacement des membres du Comité. Il leur est payé un aller-retour au tarif économique ainsi qu’une allocation de séjour. Afin de pouvoir rembourser les membres de leurs débours, il a besoin des factures originales ou de copies de ces factures. A Bruxelles en 1995, les Présidents ont approuvé une dépense annuelle de 2500 US$ pour le Président de la Ligue, et 1000 US$ par an respectivement pour le Trésorier et pour le Secrétaire, ces sommes étant payées un an à l’avance. PP amende son rapport verbalement pour inclure au 1er paragraphe la somme de 1400 US$ pour la  cotisation canadienne, reçue le jour même de son départ, et au 2e paragraphe la somme de 7230 US$ / 6800 euros représentant la taxe de foire de San Francisco qu’il vient également de recevoir. Etant donné que les taxes de foire reçues de l’ABAA n’indiquent pas toujours à quelle foire elles correspondent, il a envoyé une lettre à l’ABAA pour clarifier la situation. Les sommes indiquées à la ligne Publicité dans la Lettre d’Information correspondent à des règlements concernant la précédente Lettre d’information.  2215 US$ de publicité ont été encaissés pour la Lettre d’information en cours. Il vient également de recevoir 550 US$ / 485 euros du Canada pour des épinglettes de la LILA, à rajouter au 5e paragraphe. Il fait remarquer qu’au paragraphe 7b, « Bookfinder » devrait être remplacé par « AddAll ». Il vient de recevoir une facture de ces derniers pour un montant de 900 US$. Désormais, Rockingstone assumera cette dépense. Concernant le paragraphe 9e, PP pense qu’un loyer excessif a été payé en Scandinavie pour les salles de réunion. BF suggère d’écrire par avance aux pays accueillant des réunions pour leur demander une estimation des coûts  de location engagés afin de pouvoir en approuver le montant préalablement, et demande à MS d’examiner le budget de Potsdam et d’en faire un rapport à PP. ACTION suivie par MS. Concernant le paragraphe 9.9, il explique qu’au lieu de vendre nos actions et obligations dès qu’il manque de liquidités, il a négocié des facilités de caisse avec la banque, ce qui fera faire des économies. Au paragraphe 3, dans la section BANQUE, il explique que les prêts sont faits aux associations accueillant un Congrès afin qu’elles puissent en engager l’organisation avant d’avoir reçu les souscriptions. Dans la section consacrée à la Fondation pour le Prix de Bibliographie, il fait remarquer les revenus provenant de la vente des ouvrages participant au concours et indique que davantage de revenus ont été générés par le règlement de factures impayées. PP conclut en disant que globalement, la LILA est fidèle au budget fixé et qu’elle est en bonne condition financière. DT, secondé par KF, propose d’approuver le rapport du Trésorier. Le rapport est approuvé à l’unanimité.

 

Déficits des Congrès et des Foires : PP, en tant que Président de l’association danoise, annonce que le déficit cumulé du Congrès et de la Foire s’est élevé à 25.000 US$. L’association a donc demandé à la LILA d’annuler le prêt de 5.000 US$ qui lui avait été alloué. PP, secondé par DT, met au vote la proposition de recommander à l’Assemblée des Présidents à Potsdam l’annulation de cette dette. La résolution est approuvée à l’unanimité.

 

Taxe de Foire :  Il a été proposé que la LILA modifie l’assiette de la taxe de foire, c’est à dire de taxer 2% du montant du prix du stand, au lieu de prélever une somme forfaitaire de 30 US$ par exposant. PP retrace l’historique de cette proposition. Elle avait d’abord été proposée à l’Assemblée des Présidents de Boston en 2001, et un vote avait été pris lors de l’Assemblée de Stockholm en 2002, approuvé à la quasi unanimité, la France votant contre, et le Canada s’abstenant. Le SLAM avait défendu l’opinion que la proposition n’était pas à l’ordre du jour et ne pouvait donc être discutée légalement. Suite à divers entretiens, le Comité avait alors décidé de re-présenter cette proposition aux Présidents lors de la réunion de Potsdam, et en attendant, de conserver la somme forfaitaire de 30 US$ par exposant. KF a analysé les foires importantes et en a conclu que, globalement, une taxe de 2% serait équivalente à la taxe de 30 $, aux prix actuels des stands. Néanmoins, cela ne serait pas vrai pour les petites foires où 30 US $ serait un montant plus élevé qu’une taxe de 2%. PP et KF insistent sur le fait que la taxe de foire doit apparaître clairement sur les factures afin de montrer que chaque exposant doit individuellement cette somme à la Ligue et non pas  l’association organisatrice qui ne fait que collecter la taxe pour le compte de la LILA. EL demande pourquoi tous les Présidents peuvent prendre une décision en ce sens, au lieu des présidents des pays seuls qui organisent des foires, et fait remarquer qu’une taxe de 2% rendrait les cotisations encore plus chères pour des pays tels que la France où les coûts des stands sont déjà plus chers que dans d’autres pays, ce qui serait préjudiciable aux foires. AG, BF et KF argumentent qu’une taxe de 2% est plus juste globalement pour l’ensemble de la LILA et ne croient pas que toute somme supérieure à 30 US$ générée dans certains cas serait un obstacle à la décision d’un libraire de participer à une foire. EL dit que si la taxe de 2% est approuvée à Potsdam, le SLAM proposera que les cotisations des associations nationales soient également assises sur un pourcentage, c’est à dire que chaque association collecterait un pourcentage fixe de chaque cotisant sur sa souscription annuelle plutôt que les 20 US$ actuellement prélevés. KF dit que le Comité doit rassembler des statistiques concernant les cotisations de chaque pays afin d’en présenter les résultats à Potsdam. PP, secondé par KF, propose de présenter au vote de l’assemblée des présidents de Potsdam une résolution visant à remplacer la taxe de foire de 30 US$ par un pourcentage de 2% sur le prix du stand. 7 membres votent pour, 1 contre (EL). La résolution est adoptée. ACTION suivie par PP.

 

UNIDROIT : BF a envoyé une lettre à chaque président d’association  leur demandant de nommer un correspondant pour UNIDROIT, mais n’a pas encore obtenu de réponse. Le SLAM a accompli un bon travail de dialogue avec les officiels responsables d’UNIDROIT. Le SLAM a cherché, avec quelque succès, à négocier le  « seuil zéro », c’est à dire la catégorie d’objets qui, quelque soit leur âge ou leur prix, font l’objet d’une licence d’exportation. BF demande que le sous-comité en charge d’UNIDROIT rédige une nouvelle lettre de rappel à propos d’UNIDROIT  demandant à nouveau de nommer un correspondant. ACTION suivie par EL & AG. BF demande à ST d’envoyer une copie de la lettre de Michael Thompson au sujet d’UNIDROIT à EL & AG. ACTION suivie par ST. AG demandera à Alain Marchiset au nom du sous-comité s’il est possible de publier un résumé des règlements d’exportation et de TVA pour les différents pays. ACTION suivie par AG.

 

BF demande à AG & KC de revoir le Manuel de la LILA (section 2,7, page 11) et de faire une proposition d’ajout stipulant que les libraires affiliés à la LILA ne font pas commerce « d’objets exportés illégalement ». ACTION suivie par AG & KC.

 

Demande du SLAM concernant les rapports financiers : le SLAM a envoyé une lettre dans laquelle  il demande à recevoir non seulement le rapport financier, mais aussi le rapport du trésorier, 45 jours avant une assemblée générale. PP déclare qu’il  prépare habituellement son rapport juste avant une assemblée afin de pouvoir donner des informations les plus à jour possibles. KF croit que la demande du SLAM serait un poids supplémentaire pour un Trésorier déjà surchargé de travail.  Le Comité pense qu’il est dans l’intérêt de la Ligue que le Trésorier continue comme par le passé, c’est à dire à nous fournir les chiffres les plus récents lors de nos réunions et encourage le SLAM à poser toutes questions financières au Trésorier directement et à n’importe quel moment.

 

Base de données de livres volés : ST présente un rapport écrit (voir ci-joint) en même temps qu’un bref résumé oral. Il explique les opinions conflictuelles concernant le degré de confidentialité à respecter sur la messagerie – une vision européenne prudente opposée à une vision américaine plus ouverte, et la difficulté de trouver un équilibre entre les deux. KF conseille de ne pas du tout utiliser la messagerie pour demander des informations d’ordre général sur X ou Y, vu que le fait même de mentionner un nom dans un message peut faire croire que la personne concernée pose problème. Il croit que les libraires concernés devraient directement demander au client de leur fournir des références commerciales auprès desquels  ils pourront directement se renseigner, plutôt que de le faire publiquement sur une messagerie ouverte. Il faudra demander un conseil juridique à ce sujet. JS  propose que chaque pays construise sa propre base de données de livres volés qui puisse être accessible à tous les libraires affiliés à la LILA. L’ABAA a déjà chargé Rockingstone de lui en construire une. BF a déjà demandé à JS le coût d’une telle base de données pour la Ligue. Il suggère également que la LILA diffère toute décision de dépense  jusqu’à la réunion de Potsdam, où  nous aurons un atelier de travail à ce sujet et pourrons alors demander aux présidents de nous assigner un but. JS suggère que les pays individuels voulant utiliser la base de données de la LILA pour leur propre base de données nationale seraient prêts à payer ce service à la place de la LILA. BF veut voir la LILA avoir une grande base de données et préfère laisser chaque pays libre en matière de base de données nationale. Il voudrait que la LILA fasse la promotion de sa base de données auprès des bibliothèques, des musées et autres institutions et jouisse ainsi de la publicité générée par une telle action. Il veut qu’un bibliothécaire puisse fouiller cette base de données de plusieurs façons possibles. KF demande si cette base devrait être consultée par tout un chacun ou si le public ne serait autorisé qu’à signaler des vols éventuels sans avoir accès à toute la liste. Il fait remarquer qu’une des raisons pour lesquelles la liste ne devrait pas être ouverte à tous est de ne pas alerter les voleurs qui pourraient alors détruire les objets volés plutôt que de les vendre, rendant ces objets perdus à tout jamais. ST dirigera l’atelier de travail à Potsdam sur les livres volés. JS va étudier le site déjà créé par un autre groupe concernant les cartes de géographie volées. ACTION suivie par ST & JS.

 

Lettre d’information et Répertoire : AG a préparé un brouillon de contrat pour les annonceurs de la Lettre d’information, ainsi qu’une liste d’annonceurs potentiels à contacter. BF voudrait explorer les possibilités d’échanger des espaces publicitaires, comme par exemple proposer au Antiquarian Book Monthly Review une publicité gratuite en échange d’une publicité gratuite pour la LILA dans leur magazine.

 

JS souligne les raisons pour lesquelles il doit re-travailler la base des membres du site internet. Lors de sa création, il ne possédait que les informations du Répertoire qui avaient été saisies dans l’ordinateur. Depuis ce temps, les membres ont pu changer directement les informations les concernant ou par le biais de leur association nationale. Ceci a inévitablement provoqué quelques irrégularités alors que la base  doit être formatée de manière régulière et homogène pour pouvoir être consultée convenablement et  produire directement les informations nécessaires à l’impression d’un Répertoire. La difficulté de la liste des spécialités a été discutée. Nous avons déjà un index à la fin de notre Répertoire imprimé qui est plus général que ce que décrivent les libraires, et qui ne prend pas en compte les spécialités propres à chaque pays. JS & KF veulent que le site internet possède un menu déroulant proposant des spécialités. JS demande au Comité des honoraires de 3.000 Euros pour retravailler et régulariser l’annuaire des membres actuellement sur le site, afin de modifier la structure de cette partie de la base de données de façon à ce qu’elle ne soit plus jamais anarchique,  de faciliter et de réduire le coût de la production d’un Répertoire imprimé, et de faciliter l’utilisation  de la base de données de la LILA par les pays membres de la Ligue pour leur propre site internet en leur permettant d’adapter la liste des spécialités comme il leur convient. BF dit que le budget internet de la Ligue possède la somme demandée et permettant à JS de procéder aux changements nécessaires. ST, secondé par DT, propose d’allouer à Rockingstone la somme de 3.000 euros pour remodeler la base de données des membres. La résolution est approuvée à l’unanimité. ACTION suivie par JS.

 

JS mentionne que chaque libraire possède désormais une page personnelle sur le site où il peut y faire figurer une photo et l’historique de sa librairie, mais que peu de libraires en ont déjà profité. KF, JS et EL travailleront ensemble pour développer un menu déroulant des spécialités. ACTION suivie par KF, EL, & JS.

 

JS va développer un nouvel aspect pour la lettre d’information électronique mensuelle, et Rockingstone enverra chaque mois un résumé de son activité à MS qui pourra l’incorporer à la lettre. ACTION suivie par JS & MS.

 

ATELIER DE TRAVAIL À POTSDAM : KC présente quelques idées générales d’amélioration de l’atelier, par exemple lors des Congrès, de réserver la session du matin pour les membres du comité et les présidents, mais d’ouvrir la session de l’après-midi aux délégués. Nous pourrions encourager les présidents à inviter un membre de leur propre association à assister à ces ateliers, peut-être leur vice-président ou tout autre membre de leur comité. KF trouve intéressante l’idée d’impliquer les vice-présidents dans les débats. BF pense que l’atelier de Potsdam ne doit pas différer des précédents mais que quelques changements pourraient intervenir à l’occasion du Congrès de Melbourne. BF propose un plan pour l’atelier de Potsdam : 9h30 à 10h – BF ouvrira la séance par un résumé de l’atelier précédent. 10h à 12h – ST & JS présideront le premier atelier concernant les problèmes de sécurité, la base de données de livres volés de la LILA, et les problèmes légaux et moraux découlant de certains messages d’alerte. 12h à 13h – déjeuner. 13h à 15h – BF & JS présideront le deuxième atelier dédié à la promotion de la LILA (« Faire connaître la LILA »). 15h à 16h – MS présidera la discussion sur les liens entre les Congrès et les Foires de Congrès et comment en augmenter la participation. 16h à 17h – KC présidera les discussions sur l’avenir des ateliers de travail, leur forme et leur contenu, etc.

 

KIT D’INFORMATION POUR LES LIBRAIRES AFFILIÉS À LA LILA : KC présente un brouillon (voir ci-joint). Elle pense qu’il est important que soit citée la date de création de chaque association, sa date de rattachement à la LILA, la durée des mandats de ses administrateurs, le nombre de membres, etc. BF dit qu’il est important que le résultat final soit consultable et téléchargeable sur internet. AG dit que ce document devrait être donné à tout nouveau membre d’une association nationale de la LILA. ACTION suivie par ST.

 

COURTOISIES ET COUTUMES DE LA PROFESSION : KC, ainsi que Ken Lopez (ABAA) et Bjarne Tokerud (ABAC) ont préparé un document sur la question qui sera présenté à Potsdam (voir ci-joint).

 

UN RESPONSABLE DES QUESTIONS DE SÉCURITÉ POUR CHAQUE ASSOCIATION NATIONALE : ST croit que chaque association nationale devrait nommer un responsable pour les questions de sécurité qui serait chargé de traduire et de transmettre à ses membres tout message  émanant de la messagerie de la LILA susceptible d’intéresser ses ressortissants. Cette personne pourrait être le président lui-même, ou un autre membre de son comité, et la mise en pratique de cette suggestion serait laissée à la discrétion de chaque pays. BF pense que le Comité devrait adresser un message en ce sens à tous les présidents. ACTION suivie par ST ou BF.

 

MANUEL DE LA LILA : KC présente un document contenant les statuts existants ainsi que les propositions de modification (voir ci-joint). Le Comité accepte de remplacer 60 par 120 jours  à l’ article VII.32b, et aussi de rajouter  le changement proposé à l’article VII.32d « doit être payé dans les 60 jours après émission de la facture. » EL questionne les changements proposés à l’article II.8 et demande à obtenir une traduction française avant de prendre une décision. Le comité accepte d’en faire une traduction et de procéder ensuite à une discussion et à un vote électronique. KC suggère  qu’une nouvelle section à la fin du Manuel contienne une liste des propositions de modifications non encore approuvées, et aussi que les éditions imprimées du Manuel soient produites sur des  feuilles volantes afin de pouvoir substituer facilement les modifications votées.

 

(fin de la première journée de réunion. Convocation faite pour le 29 mars 2003 à 9h30).

 

PRIX DE BIBLIOGRAPHIE : KF annonce que Raymond Kilgarrif (RK) a accepté d’être le nouveau Secrétaire du Prix. KF et RK pensent qu’un capital  devrait être placé qui génèrerait suffisamment d’intérêts,  aux taux bas actuels, pour financer le Prix, laissant le capital intact. BF calcule qu’il faudrait un capital de 100.000 US$ pour générer un intérêt suffisant. RK voudrait d’abord réécrire et redessiner la brochure et le papier à en-tête, réécrire les règles et en fait, réinventer le Prix. Un des changements serait de refuser les manuscrits non publiés. Le comité approuve cette modification. KF dit avoir été contacté par Anne et David Bromer (ABAA) qui se proposent d’offrir la somme de 10.000 US$ au Prix à la condition de trouver un donateur offrant la même somme. KF et RK suggèrent que les mécènes du Prix soient indiqués sur le nouveau papier à en-tête du Prix, et soient divisés en trois catégories – Parrains à vie (donation d’au moins 10.000 US$), Parrains (donation entre 5.000 et 10.000 US $) et Amis (donation de 1.000 US $ ou plus). BF voudrait que tous les libraires affiliés à la Ligue aient l’opportunité et soient encouragés à faire don d’une somme, quel qu’en soit le montant, au Prix. KF et RK vont préparer deux lettres – la première destinée aux présidents expliquant ce nouveau concept de soutien au Prix, demandant de faire des suggestions concernant les membres du jury, et une deuxième lettre destinée à tous les libraires pour récolter des fonds. BF & KF enverront des lettres personnelles à des mécènes potentiels. ACTION suivie par KF & BF.

 

KF & RK veulent que le jury soit équilibré entre les membres de la profession et les bibliothécaires. Des candidatures de membres spécifiques sont actuellement à l’étude. KF, RK et d’autres pensent que la Ligue a, auparavant, obtenu très peu de retombées publicitaires du Prix et voudraient que la Ligue obtienne la publicité qu’elle mérite à l’avenir, en particulier de la part de l’éditeur du lauréat.

 

INTERNET : JS présente un long document qui comprend des idées promotionnelles , des statistiques, et des propositions de changements. Il explique qu’il étudie la possibilité de rechercher des livres directement à partir de google.com. BF présente un document sur la visibilité de la LILA-ILAB (voir ci-joint). BF demande l’autorisation du Comité pour utiliser une partie des 18.513 US$ restant sur le budget internet pour payer le personnel de Rockingstone à nous aider à atteindre nos buts de plus grande visibilité enligne. Le Comité approuve cette proposition. BF veut qu’un évènement ait lieu (Mois de la LILA) sur notre site internet en Septembre. JS a l’autorisation de dépenser 200 US$ par mois pour une publicité sur google.com, à revoir chaque mois. JS va établir une liste des améliorations de la base de données d’ici à deux mois. ACTION suivie par BF & JS.

 

FUTURS CONGRÈS ET RÉUNIONS DE PRÉSIDENTS : KC dit que le programme du Congrès de Melbourne de 2004 est en préparation. BF rapporte que l’ABAA a déjà planifié une première réunion préparatrice pour le Congrès de Philadelphie en 2006. ST rapporte que la Canada va certainement déménager le lieu de rencontre de la réunion de 2005 d’Ottawa à Montréal.

 

 

 

NOUVEAU

 

KF relate le cas récent de l’envoi d’un message politique sur la messagerie générale de la LILA, ce à quoi il est totalement opposé. Il fait remarquer que nos statuts précisent que la LILA n’a aucune affiliation politique ou religieuse. En réponse à ce message politique, BF a envoyé un message général demandant que tout message n’ayant pas un contenu relatif aux livres indique dans la ligne « sujet » « non relatif aux livres ». KF pense que le Comité devrait aller plus loin et interdire tout message politique ou religieux de la messagerie. EL approuve. ST croit que, puisqu’à ce jour il n’y a eu qu’un seul message politique, la réponse de BF est pour le moment suffisante, mais que si à l’avenir de tels messages devaient augmenter, il faudrait effectivement les interdire. Le Comité décide de ne pas prendre de décision dans l’immédiat, mais de demeurer vigilant et d’être prêt à prendre toute action nécessaire en cas de problème.

 

SOUTIEN DE LA LILA À LA BIBLIOTHÈQUE ALEXANDRINA : BF est parti à Athènes parce que sa femme Millie et lui-même ont fait don de quelques livres à cette bibliothèque à Alexandrie en Egypte, qui cherche à reconstruire une collection à la disposition du monde entier, comme la bibliothèque antique d’Alexandrie. Il voudrait que la LILA devienne l’ami et le soutien de cette bibliothèque, et va préparer une lettre à leur intention. ACTION suivie par BF.

 

PRÉPARATION D’UNE BROCHURE D’INFORMATION GÉNÉRALE AU SUJET DE LA LILA : PP et d’autres pensent qu’il s’agit d’un gaspillage d’argent. KF pense que la solution serait de pouvoir imprimer sur demande un document à partir du site internet. ST accepte de créer un tel document électronique, à partir d’informations disponibles sur notre site. ACTION suivie par ST.

 

PROPOSITION DE CHANGEMENTS DANS LES STATUTS DE L’ABA : KF mentionne certaines propositions de changements aux statuts de l’ABA, qui concernent l’élargissement de la qualité de membre associé à des non-libraires mais travaillant dans le monde du livre, comme par exemple les relieurs. Le Comité décide de ne pas donner d’opinion tant que l’ABA n’aura pas pris de décision définitive à ce sujet et attend de voir une proposition concrète, à laquelle il pourrait donner une réponse. BF va répondre à l’ABA. ACTION suivie par BF.

 

PRÉSIDENTS D’HONNEUR : KC soulève la question de la présidence d’honneur, qui est attribuée de plus en plus fréquemment voire même automatiquement à chaque président sortant. Il n’est pas approprié, dit-elle,  qu’un nouveau président puisse attribuer cet honneur au président sortant.  Elle pense que ce titre ne devrait même pas exister et que seule la catégorie  de Membre d’honneur devrait perdurer, mais que s’il était décidé de conserver ce titre, alors aucun président sortant ne pourrait être nommé avant qu’une durée de quatre années au moins ne se soient écoulées depuis la fin de son mandat. BF est favorable à l’élimination du titre en faveur de Membre d’honneur. KF dit que la vraie raison derrière la nomination des présidents d’honneur n’est pas pour dire qu’un président a été meilleur qu’un autre, mais que c’est un moyen pratique de garder les anciens présidents impliqués dans les affaires du Comité de la LILA, et de ne pas perdre ainsi l’apport de leur expérience. KF n’est pas en faveur de la suggestion de KC d’éliminer le titre, mais est en faveur d’attendre une durée de quatre ans avant de procéder à cette élection. KF, secondé par PP, propose que le Comité recommande l’ajout d’un nouvel article aux statuts stipulant qu’« aucun président sortant n’est éligible au titre de Président d’honneur tant qu’un successeur  n’a pas complété son mandat et devienne à son tour président sortant. » La résolution est approuvée, 7 membres pour et 1 contre (ST). KC va préparer un projet d’article concernant la manière de procéder à l’élection de nouveaux présidents d’honneur. ACTION suivie par KC.

 

PREMIÈRE RÉUNION DU COMITÉ EN 2005 : BF dit que le Japon, le Brésil, l’Espagne et la République Tchèque ont été proposés comme lieux de réunion. MS et BF vont étudier les possibilités offertes par ces pays,  et PP en étudiera la faisabilité financière. ACTIONS suivies par MS, BF & PP.

  • share