Partager :

  • Facebook
  • Twitter
  • Digg
  • Digg

In Memoriam Bob de Graaf, Libraire, Editeur et Bibliographe (1927-2011)

L'Association Néerlandaise de la librairie ancienne (NVvA) et la LILA ont la douleur de vous faire part du décès de Bob de Graaf (1927-2011). Bob de Graaf servit la NVvA en tant que Secrétaire (1963-1969) puis en tant que Président (1971-1974).

En 1973 il fut élu au Comité de la Ligue et accepta d'en être à la fois le rédacteur de la Lettre d'Information et le Secrétaire. Il fut élu en 1979 à la présidence de la LILA pour un mandat de trois ans, et en 1985 il fut promu à la présidence d'honneur de la Ligue, promotion largement méritée. A tous ces postes, il prit des initiatives qui servirent la profession à travers le monde.

Bob de Graaf était un de ces libraires hollandais qui soutint mon admission à la NVvA et qui m'encouragea activement non seulement d'en devenir un membre mais un membre actif. Que j'aie été élu, de si nombreuses années après mon admission au sein de l'association hollandaise, à la présidence de la Ligue, est en partie dû à ses encouragements. Il était un important libraire très érudit, éditeur et bibliographe, en même temps qu'un excellent ami, loyal à un grand nombre d'entre nous à travers le monde. Il nous manquera.

Arnoud Gerits (Président, LILA)

Une nécrologie par Anton Gerits


Lorsque des libraires d’ancien parlent entre eux d’un « grand libraire », ils n’ont pas toujours la même idée en tête. Pour certains, il s’agit d’une librairie ayant beaucoup de personnel, un gros chiffre d’affaire et de substantiels bénéfices. Pour d’autres il s’agit de quelqu’un qui maîtrise véritablement l’art d’étudier un livre, quelqu’un de capable de découvrir ce qui va soudainement en faire un livre intéressant pour le plus grand nombre de lecteurs, et non  seulement un public restreint de spécialistes.

Lorsque Bob de Graaf dit un jour : « Je ne suis pas devenu un grand libraire », il s’empressa d’ajouter : « Non, c’est de la fausse modestie. » Et répéta, l’air entendu : « Je ne suis pas devenu un grand libraire, mais je n’ai jamais aspiré à le devenir. »

Bob de Graaf n’était pas né dans une famille riche. Il finit ses études scolaires (gymnasium) avec succès mais il lui fallut dès lors gagner sa vie. En 1947, il débuta chez le libraire Menno Hertzberger où la vie ne fut pas facile. Bien qu’appréciant Bob, Hertzberger n’était jamais entièrement satisfait. Ses commentaires sur les achats de livres effectués par Bob ou ses notices bibliographiques étaient systématiquement négatifs. Nonobstant, Hertzberger en fit son directeur en 1953.

La future épouse de Bob, Emmy, travaillait également chez Hertzberger. En 1959, Bob et Emmy prirent la décision d’établir une librairie indépendante à Nieuwkoop. Pendant les premières années, Bob et Emmy durent faire face à quelque obstruction de la part de leur précédent employeur. Mais fidèle,  Bob de Graaf fut capable de restaurer au fil des ans une relation normale avec Menno Hertzberger, et de devenir son ami jusqu’à sa mort. Bob n’aimait ni la jalousie ni les disputes, mais il savait tout de même afficher ses principes de manière amicale et convaincante.

Bob n’était pas juste un « grand » libraire dans le sens usuel du terme. Les 88 catalogues qu’il publia entre 1960 et la fin du XXe siècle indiquent son amour et sa connaissance des Classiques, des Humanités, de la Renaissance, de la Bibliographie et de la Typographie. Ses catalogues resteront un témoignage de son érudition, non seulement à cause des notices bibliographiques très détaillées mais aussi pour les nombreuses notes intéressantes et fouillées qu’il y ajoutait.

Sa librairie, cependant, n’était pas son unique centre d’intérêt : Bob avait une fibre très « sociale », désirant sans cesse contribuer à la déontologie du métier et à l’amélioration des connaissances. Sa vie sociale n’était pas limitée à un cercle de confrères. A sa manière honnête et modeste, il fut très actif dans certaines associations religieuses et publiques. Il fut un membre de la Remonstrantse Kerk et président de la branche locale de « Beraad van Kerken » (Conseil des Eglises), un membre actif du Rotary, et toujours prêt à rendre service ou à conseiller de jeunes collègues. A cette fin, il publia en 1965 le manuel « Het Antiquariaat. Een beknopte handleiding » (Un guide concis, 2e édition, 1968).

Suivant son souhait de contribuer à améliorer le professionnalisme de notre métier, il accepta de participer au comité de l’Association Hollandaise de la Librairie Ancienne (NVvA, fondée en 1935). Il servit la NVvA de 1963 à 1969 en qualité de secrétaire, puis de 1971 à 1974 en tant que président. En 1973, on lui demanda de rejoindre le comité de la Ligue Internationale de la Librairie Ancienne (LILA, fondée en 1947). Il en devint à la fois rédacteur de la Lettre d’Information et Secrétaire. De 1979 à 1982, il servit la LILA en tant que Président. Dans tous ses mandats, il initia des développements débouchant à l’amélioration des contacts avec les libraires, bibliothécaires et institutions du monde entier. En 1985, il fut nommé, avec raison, Président d’Honneur de la LILA.

Pour Bob et Emmy, l’aspect intellectuel de leur profession fut toujours plus important que celui financier, bien qu’ayant été prudent et responsable à cet égard. Il fut l’auteur de plusieurs ouvrages (certains avec son épouse Emmy) et de nombreux articles de journaux. Dans le livre d’Hommage qui lui est dédié « Pour Bob de Graaf, Libraire Antiquaire, Editeur, Bibliographe » (Amsterdam 1992), on trouve, à part des contributions de collègues et d’érudits, sa bibliographie : trois pages entières couvrant la période allant de 1953 à 1991.

La NVvA et la LILA ont toutes deux perdu un conseiller avisé et une importante source d’information ;  plusieurs collègues, en Hollande et à l’étranger, ont perdu un ami loyal et cher.